AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
La màj est terminée ! Woot Woot !
Consulter la newsletter ici.
Ross Creek vous a ouvert ses portes le 23 mars 2018. La petite ville vous attend.
Submergez-nous dans votre créativité !
Le forum manque cruellement de chasseurs !
N'hésitez surtout pas à favoriser ce groupe, des cookies vous seront donnés.

Partagez | 
 

 [Aloïs] Tes entrailles en haillons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/11/2018
Messages : 3

MessageSujet: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Mer 7 Nov - 20:47

Alois Schneider
- Dans ma tête aucun son, juste la goualante du vide, un vide qui palpitait à m’en flanquer la trouille. -




informations

crédits :  Dandelion

Bonjour ou bonsoir à tous ! Je m'appelle Aloïs Schneider. Je suis né le 15 décembre 1977, ce qui me donne maintenant 40 ans. Je suis originaire de Berlin en Allemagne. Je vais vous confier un secret, je suis hétéro et divorcé, sans enfant. Je suis un sorcier. La nature de ma faculté est la régénération. Je suis un escroc. On me dit fréquemment que je ressemble à Tom Hardy.





anectodes & secrets
Scrutateur ▬ borné/endurant ▬ renfrogné ▬ brutal/furax ▬ maso ▬ vorace/fauve ▬ camé ▬ contradictoire ▬ mélancolique à crever. Parfaitement suicidaire. ▬ vulgaire ▬ cynique ▬ morbide et lunaire. Les délires crasses emplissent son crâne ▬ indépendant/égoïste ▬ probablement cinglé ▬ ultra-intuitif ▬ manipulateur ▬ lâche/mythomane/traître.

Aloïs a de la lave dans les veines et de la terre dans la bouche. Un arrière goût de trépas qui ne le quitte jamais. Jamais. De ces jamais qui deviennent fatalités ou destiné. Mais il s’en fout, c’est vrai. Aveuglé par le pouvoir qui lui cisaille les veines et lui perfore le cortex ; mille et une nuances écorchent sa rétine, des couleurs acides qui finiront par le rendre aveugle. Trips au-delà des possibles lui rongeant chaque année davantage l’intellect.

Depuis que le don s’est manifesté, sa vie a déraillé. Il se pensait chat. Neuf vies à cramer, juste pour voir ce que ça fait. Mauvaise pioche, le chat est mort. Le grand plongeon et le corps écrasé au bitume. N’en demeure que l’ombre. L’ombre du chat ou son ombre à lui. Quelle importance, dans le fond. Personne n’en a rien à cirer et lui jouit d’une relative immortalité. Corps rapiécé, mémoire morcelée. Il n’est pas certain d’avoir un jour ne serait-ce qu’un putain de jour, reçu ce que les ancêtres nommaient pneuma. Et alors que la pensée affleure à la conscience, Aloïs doute de sa propre substance. C’est ça, la dinguerie d’un esprit pareil à une toile d’araignée.

Gueule béante. Aloïs a l’amour des mots, des très grands mots. Des ouvrages à ne plus savoir qu’en faire hantent sa cervelle. Le temps ruisselant entre synapses et doigts. Il a ce besoin viscéral de savoir, de comprendre, de trouver, de décrypter, d’ingérer pour mieux recracher et déformer les concepts. Migraines à découdre l’univers. Il se couture les paupières comme pour amplifier les désastres qui vont et viennent à travers les strates du réel.

Môme des bas quartiers berlinois, il a les gènes de la pourriture et du déclin dans les artères et ça le rend malade. Descendance faisandée avant même de pousser son premier jappement. Longue lignée de sorciers pour famille et enclos ; déversant le pouvoir de génération en génération. Il a toujours baigné, là-dedans. Entre insanité et tangible, le poisseux des existences entremêlées, d’une communauté qu’on dit solidaire ou solitaire qu’on prétend coven quand il entend bagne ; et le secret le sale secret l’affreux secret bien gardé. Babines écharpées à coups de crocs ou au fer blanc. Dis rien, Al’, dis rien ou ils te tueront.

Trois fois suicidé. Il n’a jamais vu le tunnel et la lumière blanche, il n’a jamais ressenti la moindre satisfaction, il n’a jamais entraperçu ange ou présence réconfortante. Le vide immuable, le vide en désert glacial, le néant qui panique et force à revenir. Trois fois suicidé et ça n’a rien changé. Des appels à l’aide que personne n’entend. Trois fois suicidé et le corps en garde traces. Des cicatrices sinuent sur ses avant-bras – sa première erreur, preuve de ses faiblesses. Après ça, l’asphyxie et l’empoisonnement ont réglé – temporairement – ses problèmes.
La quintessence d’Aloïs réside en cela : il crèvera, bien sûr qu’il crèvera. Mais de vieillesse, d’un démembrement ou d’ignition.

Organisme bardé de cicatrices. Il inflige à ses membres autant de mauvais traitements qu’il est possible d’en inventer. Par lui-même ou par autrui. Tête-brûlée, il se rappe à l’adversité et ça le fait presque marrer. Danger pour lui-même comme pour autrui ; il ne faut pas le suivre, non il ne faut pas. Sur la carne, des tatouages. Certains choisis par ses soins, d’autres imposés durant l’enfance. Symboles, entrelacs, délires – religieux pour la plupart, lui accordant protection, force, spiritualité.
histoire

15 décembre 1977 – naissance des jumeaux Schneider. Agnes est l’aînée ; elle s’extrait du giron maternel cinquante-trois secondes avant lui.

1980 – jamais l’un sans l’autre. Cadets d’une fratrie comptant une sœur (Edda – 4 ans) et un frère (Markus – 6 ans). Les parents sont enfiévrés, embarquent les gosses d’un endroit à un autre, dilapident l’héritage familial en sautant de manoir en maison qu’ils emplissent, rénovent, évident et revendent encore. Abandonnant entre les murs les murmures d’un outremonde malade, d’une folie putrescente.

Schneider, ça sonne comme le glas d’une fin préméditée, d’un anéantissement.

1988 – les aînés inculquent aux cadets les premières notions mystiques. Agnès et Angus nagent au milieu des requins depuis que leur petit âme déchirée a soupiré les premières notes d’un don contrariant les géniteurs ; sorciers de Terre. Gaïa dans les veinules, ronces aux cœurs. Le pater cogne maman. Le pater beugle sur maman. Le pater ne veut pas croire que les engeances crachées par ses guibolles maigres ont vu le jour par son foutre corrompu.
Maman, elle jure qu’elle n’a rien fait. Lui, il jure qu’elle l’a trompé.

1990 – retour à l’origine. Berlin les rappelle. Le groupuscule qui les porte, auquel ils ont juré fidélité, essuient des problèmes. Dans les rangs du mouvement : une nouvelle Suprême. La vieille a été tuée par la vénus désormais sur le trône. Quarante piges, qu’elle a. Quarante piges et la crinière en incendie et la peau d’un blanc lactescent. Adrian plie genoux autant que Magda. La marmaille imite sans prendre conscience du pacte scellé.

1993 – première fugue des jumeaux. Première d’une longue série. Ils rêvent de liberté, d’indépendance en dépendance. À deux pour n’être qu’un et qu’importe le reste. Qu’importe ceux troublant leur horizon. La fuite pour mieux sauter. La fureur d’un amour fusionnel, d’un don commun pareil à un poison – Agnès et Angus s’imaginent immortels, s’imaginent intouchables.

« J’ai besoin de voir les étoiles, murmure-t-elle durant la sorgue. Son buste délicat appuyé contre le moelleux de son matelas. J’ai besoin de les sentir pour me réveiller.
- … je sais. »
Il sait. Bien sur qu’il sait. Puisque résonne en lui l’identique besoin. Insensé, corrosif. Ça fait mal, à l’intérieur de leurs carcasses adolescentes. Ils sont comme assoupis, ils sont comme absents. Absents au monde, absents à tout. Ils supposent la lumière des étoiles et le sourire de la lune en purification, sur les toits des immeubles ; chats de gouttières fascinés par ce qui s’avère pourtant déjà mort.
Aloïs glisse hors du lit.
Ils glissent hors de la chambre.
La fenêtre en échappée, la nuit en manteau.

1999 – Rencontre de Julia, à l’université. Aloïs découvre l’amour qui rend stupide. Il lui passe la bague au doigt après dix mois d’une romance idyllique, encouragée par leur famille respective. Deux lignées sorcières unies pour le bien et la prospérité de la race.
De Julia, il ne se rappelle désormais que des fragments cassés.
Agnès vêtue d’une robe à la couleur de nacre, une couronne de fleurs blanches ceignant son front. Elle n’a jamais été aussi belle, marque-t-il. Une esquille de mémoire qu’il ne peut pas perdre, qui se grave à son cortex.
Elle ne sera jamais aussi belle, comprend-il. Trop tard évidemment trop tard. Car sous les cils il y a les cernes violacées et dans le sourire il y a une écorchure, une fissure, un réveil qu’elle cherche depuis l’adolescence, depuis l’enfance, depuis la naissance. Une lumière purificatrice qu’elle ne trouve pas. Qu’elle ne trouvera jamais et ça la ronge. Ça la martyrise et il le sait, Aloïs. Bien sur qu’il sait. Mais à présent il s’écarte, il s’enferme, il réclame une vie comme dans les films. Aloïs ambitionne s’échapper du carcan toxique qui le cloître depuis petit – s’échapper du regard des anciens. Il veut fonder une famille et oublier la vénus rousse qui désormais a bien vieilli, les serments et les devoirs envers ceux dont il partage si ce n’est le sang, au moins les lois.

2000 – des conflits récurrents dans la fratrie des quatre Schneider poussent Aloïs à s’exiler en Russie. Julia à son bras. Ils s’installent et elle réclame un enfant. Une âme nouvelle pour lui remplir la bedaine. Aloïs obtempère, se jure meilleur père que le sien n’a jamais su l’être. Ils essayent, deux mois durant. Et dans l’obscurité de leur chambre, le 12 janvier, 3:33 en rouge pétant sur le radio-réveil ; il se réveille. Un sursaut et une douleur insoutenable dans tous les membres. La peur aux tripes et la panique enserrant la trachée ; il sait sans comprendre. Il sait, Aloïs. Bien sur qu’il sait.
La masse se déporte sur le bord du pieu et la main cherche le cellulaire. Le numéro est composé à la hâte et la sonnerie retentit et retentit et retentit jusqu’à ce que le jour se lève.
Agnès ne répond pas, ne répond plus. Agnès s’est perdue. Agnès s’est tuée, Agnès a voulu s’envoler ; car de chat de gouttière elle a souhaité devenir oiseau. Une chute de 10 étages la laissera toutefois pour de bon en morceaux.

Juin 2000 – Julia demande, exige, le divorce. Elle refuse de vivre en présence d’un fou. Aloïs, bouffé par la culpabilité et désaxé par la perte, cherche un moyen de retrouver sa moitié, délaissant le réel.
15 juin – 20:32 – il se déchire les avant-bras à coups de cutter. Julia le découvre grisâtre et rigide sur le sol de leur salle de bain, baignant dans une mare écarlate. Elle revenait chercher des affaires. Le téléphone collé à l’oreille, Adrian Schneider lui fait jurer de ne pas bouger et de n’appeler personne. Il arrive. Il arrive des heures après l’acte. L’appartement est astiqué de fond en comble. Aloïs émergera de son cauchemar deux jours plus tard. Propre, installé dans son lit, comme après une longue sieste et une beuverie carabinée.
Son père au chevet, l’informe qu’ils retournent en Allemagne. Avec ou contre son gré. Les valises sont déjà prêtes, Julia ne veut ni le voir ni l’entendre. Sortie le temps qu’ils déguerpissent, que tout cette calamité finisse.

uc.
derriere l'ecran
♰ Pseudonyme : Coquillage (la classe ça ne s'invente pas).  
♰ Age réel : La vingtaine bien (bien) entamée.
♰ D'où venez-vous ? : France.
♰ Comment avez-vu trouvé Ross Creek ? : Grâce à un crustacé.
♰ Comment le trouvez-vous ? : Bueno.
♰ Depuis quand faites-vous du rpg ? : Je préfère n'pas compter les années.  60
♰ Quels sont vos bouquins/films préférés : La route, L'étranger, Une femme avec personne dedans.../Enter the void, Tomorrow you're gone, The Fifth Element, euuuuuh...
♰ Plats préférés : Risotto !  51
♰ Quel a été votre premier avatar et sur quel forum ? : Nariko sur un forum Eragon (seuls les vrais sauront #eragon4ever)





Dernière édition par Aloïs Schneider le Dim 11 Nov - 11:13, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


Métamorphe

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/11/2018
Messages : 92

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Mer 7 Nov - 21:13

Sur la plage abandonnée 
Coquillages et crustacés 
Qui l'eût cru déplore la perte de l'été 
Qui depuis s'en est allé…
116

Quoi, j'ai pas le droit ? 34

Je vais te détester si fort, je le sens mon petit coquillage, mais en attendant...

122 128 129

Revenir en haut Aller en bas


Loup-garou

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 21/09/2018
Messages : 101
Localisation : Bibliothèque municipale

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Mer 7 Nov - 21:19

Bienvenue par ici ! 22
Bonne chance pour ta fichette avec le grand Tom Hardy ! 24 23
Revenir en haut Aller en bas


Sorcière

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/10/2018
Messages : 71
Localisation : campagne u_u

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Mer 7 Nov - 21:37

Bienvenue chez les sorcieeers, hâte d'en apprendre plus sur ce petit bg 27
Revenir en haut Aller en bas

En ligne
Incube staff

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
http://darkest-hour.forumactif.com
Date d'inscription : 18/06/2018
Messages : 720
Localisation : Sûrement dans le lit de quelqu'un...

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Mer 7 Nov - 21:53

Bienvenue par ici!

Tu as désormais 7 jours pour compléter ta fiche, si tu as des questions ou quoi que ce soit, hésite pas à mp un membre du staff, on se fera une joie de répondre! 38

Bonne chance pour le reste de ta fiche! 29

_________________
‟ There is not much difference between madness and devotion ”
Codé par Hesa


Revenir en haut Aller en bas


staff méta/sorcière

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 24/05/2018
Messages : 1591

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Mer 7 Nov - 22:43

Bienvenue par ici Aloïs 58
J'ai bien hâte de découvrir ce personnage en tout cas ♥️
N'hésites pas si tu as un soucis ou des questions comme l'a dit Jay ♥️

_________________


Revenir en haut Aller en bas


Hybride staff

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 463

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Jeu 8 Nov - 0:40

Ce métier et son caractère... hooo oui, je crois que Zayne (TC) va bien t'aimer toi! 57 Hooo oui et avec Tom Hardy en plus c'est troppppp bien! 38 37
Si tu as des questions ou si tu as besoin d'un délai pour ta fiche, n'hésite surtout pas à nous envoyer un message, nous accouerons à ce moment!
Bonne continuation pour ta fiche et j'ai bien hâte d'en lire davantage sur ce personnage. 143

_________________
You don't own me, I'm not just one of your many toys,Don't try to change me in any way,To live my life the way I want.
   
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas


Loup-garou

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 08/08/2018
Messages : 162

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Jeu 8 Nov - 10:25

Citation :
La route.

Je pensais pas voir ce livre (ou film, je ne sais pas duquel tu parles) cité quelque part. #traumatisme, toi même tu sais.

Bienvenue à toi pas si jeune homme. Un sorcier accro à sa propre magie, telle Franky Vincent je dis oui oui oui oui. Hâte d'en lire plus, ce duo promet de grands moments.
Fighting ! 28
Revenir en haut Aller en bas


Vampire

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/04/2018
Messages : 460

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Jeu 8 Nov - 10:53

Je reste bloqué sur Franky Vincent ci-dessus

Bienvenue sur le forum, petit sorcier. Bon courage pour terminer ta fichette et au plaisir (ou pas) de te croiser dans les rues de Ross Creek !
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/11/2018
Messages : 3

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Ven 9 Nov - 8:17

@Andy Moares Reste cool sac à puces ou j'te fous à la fourrière.
Ceci étant dit, j'ajouterai : 108  

@Aiyanna S. McBride Merci jolie miss. Et que dire de ton choix de minois ? Odette quoi... on la voit si peu. Super choix.

@Belladone Samhain Héhé, merci compatriote sorcière. Jspr que le perso te plaira !

@Jay Hywell Merci beaucoup. Je n'hésiterai pas ! 60

@Simonia Monucci Merci beauté. 33 La fiche devrait être achevée aujourd'hui, si ça peut te rassurer.

@I. Blaire Hartzbati Héhé, merci mademoiselle. Hâte de découvrir ce petit Zayne du coup. Jspr ne pas te décevoir avec la (grosse) suite de la fiche. 45

@Aimée Kabeba Hééééééé oui... je suis complètement fana de ce livre. Ça a été un sacré coup dans ma tronche. J'crois qu'il est impossible de rester indifférent. Soit on en tombe amoureux, soit on le déteste. Tjrs est-il, c'est aussi par ce livre que j'ai découvert ce merveilleux, ce dieu !!, qu'est McCarthy.
Et pas merci pour la référence, j'ai la musique dans la tête maintenant. C'est pas la fun pour reprendre la rédac de ma fiche. xD

@Darell M. Baron Ah ! Toi aussi, pour Franky V. mdr
Merci mon bon monsieur ! (bien évidemment que ce sera au plaisir  176 tu me files de ton sang please ?)
Revenir en haut Aller en bas


Sorcier

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/09/2018
Messages : 213

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Ven 9 Nov - 15:33

OH UN CONFRÈRE SORCIER 23 39
Trop hâte d'en voir plus! Ça promet tout ça !
Revenir en haut Aller en bas


Métamorphe

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/11/2018
Messages : 92

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Ven 9 Nov - 17:21

Tu sais ce qu'il te dit, le sac à puces, hmm ?  114

Spoiler:
 

Ramène toi.  Vite. Je vais avoir terminé notre RP et je vais même pas pouvoir le poster.
Revenir en haut Aller en bas


Chasseur

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 02/11/2018
Messages : 40

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Sam 10 Nov - 14:15

Ce gif est trop bizarre, mais tu sais quoi? J'aime ça.

Bienvenue à toi et ton ombre-chat. Ta plume est splendide, je suis impatiente d'en lire davantage. Je répondrai présente lorsque tu posteras dans les fiches signalées! 65

Bonne rédaction. 22
Revenir en haut Aller en bas



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 07/11/2018
Messages : 3

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Sam 10 Nov - 17:26

@Hotaru Nakamura Héhé et oui, un nouveau confrère dans la ville. Merci p'tite araignée colorée.

@Andy Moares
Spoiler:
 

@Livaï Abernathy Mdr. Oui ce gif est effectivement très bizarre, mais je le trouve juste perfect pour Alo'. 33 Bref, grand merci m'sieur le chasseur pour votre petit et très gentil mot.
Revenir en haut Aller en bas


Loup-garou

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 22/09/2018
Messages : 89

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  Sam 10 Nov - 20:15

Bienvenue et Bonne chance pour ta fiche au plaisir de croiser
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Aloïs] Tes entrailles en haillons.  

Revenir en haut Aller en bas
 
[Aloïs] Tes entrailles en haillons.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alois Hába
» Bernd Aloïs Zimmermann (1918-1970)
» Alois Mühlbacher
» L'horreur au quotidien...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R O S S C R E E K ஃ :: Archives perdues :: Les dossiers-
Sauter vers: