AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Un sondage est actuellement en cours à cette adresse ICI concernant la fermeture du forum.

Partagez
 

 [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4


Incube staff

Jay Hywell
Voir le profil de l'utilisateur
http://darkest-hour.forumactif.com
Date d'inscription : 18/06/2018
Messages : 1517
Localisation : Sûrement dans le lit de quelqu'un...

[Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay]  [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 EmptyMer 17 Oct - 16:43

Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent

Ellana & Jay
La fenêtre ouverte de la voiture laissait le vent frais d’Octobre fouetter mon visage. J’avais froid, mais je m’en foutais. Je voulais chasser tout ce que j’avais en tête, essayer de les enterrer et les empêcher de me faire sombrer à nouveau. Je serrais si fort le volant entre mes doigts que mes mains devenaient moites et mes jointures blanchissaient. J’avais même mit la musique à fond, focalisant mon esprit sur les paroles plutôt que mes émotions qui menaçaient de me faire perdre pied. Je conduisis ainsi un long moment, quittant carrément la ville jusqu’au lendemain et dormant dans un motel. C’était con de ne pas avoir envie de retourner dans mon propre appartement, mais… je m’en foutais un peu. Mon esprit était bien trop fragilisé pour que je puisse y remettre les pieds, au moins jusqu’à ce que je me calme un peu. En espérant que j’y parvienne.

J’étais rentré le lendemain, ayant prit tout mon temps pour revenir, m’arrêtant même de nombreuse fois sur la route pour observer le paysage. C’était une chose que je faisais avant quand je chassais un peu partout et qui me manquait. Observer la nature, les animaux et me dire que ça aurait été tellement plus simple si le surnaturel n’avait pas exister. Je serais peut-être en ce moment même avec ma famille, j’aurais peut-être des gamins, une femme, une maison à moi… j’aurais connu mon frère, ma sœur et mes parents. Mais je n’aurais pas connu tout les autres… Enfin, c’était encore drôle. Peut-être que mon chemin en serait venu à la croiser quand même si elle était restée au royaume uni, vu que je ne serais sûrement pas en Amérique à ce moment-là. Mouais… c’était beau rêvé des fois.

Ma journée avait été plutôt longue et chiante. Je ne savais pas quoi faire. Je ne voulais pas chasser immédiatement, de peur de simplement anéantir tout mes efforts pour guérir cette dernière semaine. Le bon côté à m’être nourrit la veille et à avoir pu me rassasié, c’était que ça avait aidé ma guérison et que ce n’était pas négligeable. Je cicatrisais assez bien, même si c’était encore un peu ouvert à certains endroits. On ne pouvait pas tout avoir… N’ayant donc pas trop le choix, je m’étais contenté de regarder des conneries à la télé, des films, des séries, des documentaires bizarre. Tout pour ne pas penser à l’ordinateur qui se trouvait encore dans le salon et qui me narguait. Ne pas repenser à cette vidéo. Ne pas y repenser. Ne surtout PAS y repenser! J’avais souvent des flash de ce que j’avais vu, ou encore de ce qu’elle avait dit la veille et ça me tuait. Ça me prenait à l’estomac et me changer les idées étaient difficile. J’étais crevé et exténué, n’ayant pas réussit à dormir de la nuit, sauf peut-être une heure ou deux. Et je ne m’attendais clairement pas à réussir à dormir dans les prochains jours. Même quand je tentais de me reposer, la seule chose que je voyais, c’était… elle. Son visage où se mêlait tellement d’émotion que je parvenais à peine à décortiquer. Et ça me rendais malade. Pas que au sens figuré d’ailleurs.

Le lendemain, bien que j’allais un peu mieux, j’aurais préféré rester coucher à ne rien foutre. Oublier de respirer et réussir à crever en paix. Je m’étais douché et m’était enfin décidé à retourner dans ma chambre refaire le lit qui n’avait pas été fait depuis… bon sang on aurait pas dû. Je ne savais pas trop si je regrettais ou non. Je ne savais même plus où j’en étais, en réalité. Je m’étais attendu à peut-être en venir à me lasser après que j’aurais pu y ‘goûter’, mais… c’était complètement l’inverse. J’en voulais plus, et ça m’effrayait. Lâchant un soupir, je me retournai vers la porte de ma chambre et fronçai les sourcils.

« Katya? Qu’est-ce que tu fous là? Frapper ça t’as jamais tenté? »



Je vis l’incompréhension dans son regard, puis elle se releva, ramassant son haut et l’enfilant pour commencer à partir. Elle était rendue à la porte d’entrée quand je remarquai que son soutien gorge se trouvait toujours au sol. Je le ramassai par la bretelle et me dirigeai vers la porte, que Katya avait déjà ouverte et qui donnait sur… une Ellana. Non mais sérieusement, c’était quoi ce karma pourrit! Déjà que je n’étais pas prêt à la revoir – bien que je me doutais qu’elle viendrait récupéré son ordinateur, je comptais lui envoyer un message quand je ne serais pas là, plus simple… mais bon un peu lâche – et la voilà qui débarquait pile dans le pire moment qui pouvait arriver. Super… franchement super. Ma mâchoire se serra et je ne pu m’empêcher de lancer un regard noir à ma voisine qui attrapa son vêtement avec un sourire satisfait, comme si elle avait tout prévu cette petite agace. Sérieux… mais merde! Elle quitta l’appartement en faisant bien exprès de passer sa main sur mon torse, sauf que je ne lui laissai pas la satisfaction de me faire chier encore. Je ressaisis son poignet brusquement.

« Dégage »
sifflai-je entre mes dents.

Je n’étais clairement pas d’humeur à subir ses conneries surtout si elle souhaitait provoquer Ella. Et surtout parce que je me sentais sale et utiliser. C’était la première fois que cette garce refusait d’arrêter et surtout, je savais ce que ma collègue allait immédiatement pensé qu’il s’était passé. Je me reculai d’ailleurs pour la laisser entrer et récupérer son ordinateur et ce qui allait avec ou si elle avait oublié un autre truc que je n’aurais pas  remarqué.

« Je vais pas essayer de démentir ce que t’as vu, de toute façon tu me croirais pas. »

La laissant faire ce qu’elle devait faire, je me rendis à la cuisine pour me prendre un café. Peut-être que ça me réveillerait un peu après mes deux nuits de quasi insomnie et après ce moment troublant et honteux qui venait de se passer avec Katya.
Code par Hesa #N.76 27478b

_________________
‟ There is not much difference between madness and devotion ”
Codé par Hesa


Awards:
 


Dernière édition par Jay Hywell le Jeu 18 Oct - 12:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Cerbère

Ellana O'Malley
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 17/06/2018
Messages : 634

[Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay]  [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 EmptyJeu 18 Oct - 10:10

Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent ft. Jay Hywell

Je n’arrivais pas à penser clairement, mes yeux ne lâchant pas cette femme du regard. Sérieusement… Deux jours et il repartait déjà dans les bras d’une autre ? Il en ressentait déjà l’envie alors que nous avions couché ensemble et que c’était – d’après ses dires – si spéciale pour lui. Tu parles, au vu de la situation, ça ressemblait plus à une simple partie de jambe en l’air. Cette vision n’aurait pas dû me toucher autant. Je connaissais Jay, je savais à quel point il pouvait être versatile dans ces choses, alors pourquoi est-ce que je me sentais aussi déçue ? Peut-être parce que j’avais eu le mince espoir qu’il soit sincère. Qu’il est réellement ce genre de sentiments pour moi. Durant les quelques secondes où j’avais ressenti de la joie lorsqu’il me l’avait dit, à tel point que j’avais cru que mon cœur finirait par exploser. Et, durant ces quelques secondes, j’avais imaginé ma vie avec lui. Les débuts d’une relation, quelques rendez-vous, les délires entre couple, puis l’emménagement ensemble, vieillir ensemble. Ce genre de choses. Oui, durant ces quelques secondes, j’avais imaginé ça, puis je m’étais repris. Cette vie était impossible. Jay et moi courions toujours après tout, même si j’avais déjà été en couple et fidèle, j’ignorais si je pouvais encore l’être. Nos vies étaient trop compliquées, et moi j’étais un monstre. Et là, avec cette foutue garce qui se tenait devant moi, cette vision venait de totalement se briser. A croire que ce monde ne voulait pas m’accorder une seule seconde de répit.

Puis je le vis. Jay. Je sentis un léger frisson, mon corps se souvenant de ces quelques instants merveilleux entre ses bras. J’aurais pensé me lasser de lui dès la première fois, comme souvent, mais bien au contraire. Je me sentais à nouveau attirer par lui comme un aimant, et si je n’étais pas autant en colère, autant en souffrance, je me demande sincèrement ce que j’aurais fait. Sauf que je n’étais pas prête à le revoir, à ressentir à nouveau toutes ces émotions qui me traversaient, et les nouvelles que provoquaient la jalousie envers cette femme qui était là. Ce n’était peut-être pas de la faute de Jay, elle pouvait être venue le draguer et ils avaient fini par coucher ensemble. Surement… Sauf que le voir avec son sous-vêtement en main, ne fit que me mettre un peu plus en colère et de repousser les pensées qui cherchaient à le défendre. J’en avais marre de le défendre. J’étais épuisée de toujours le défendre, et je devais enfin accepter cette chose que j’avais compris il y a longtemps. Jay était incapable de se battre pour moi. Cette conclusion me fit presque monter les larmes aux yeux. Oui, presque parce que cette fille continuait de draguer Jay juste sous mes yeux, et la colère était bien plus forte que le reste. Si seulement elle savait la chance qu’elle avait. La chance que je sache plus ou moins me contrôler, sinon je me serais déjà jeté sur elle et je lui aurais, littéralement, arrachée la tête. Excessif comme réaction ? Certainement, mais tout comme mes émotions étaient exacerbées, et cela provoquait des actions irréfléchies et stupides.

Heureusement, Jay la repoussa et je me décalais pour la laisser passer. Je crus que c’était terminé, sauf qu’en passant à côté de moi, elle me fit ce petit sourire arrogant, provocateur, et supérieur. Ce simple sourire faillit me faire complètement péter les plombs, et je dus y mettre toute ma volonté pour ne pas saisir son crâne et la fracasser contre le mur. Je pivotais, me tournant vers Jay qui s’était reculé pour me laisser entrer, ce que je fis après une hésitation. Sérieusement, si j’étais venue ici seulement pour mon ordinateur, je me serais enfuie depuis longtemps et j’aurais attendue que Jay s’en aille pour venir chez lui. Sauf qu’il y avait une chose plus précieuse que mon ordinateur pour moi. La chose la plus précieuse que je possédais et dont j’avais absolument besoin. J’entrais donc à l’intérieure. L’odeur de cette femme était moins présente que je ne le pensais, tout comme celle du désir… Est-ce que je m’étais trompée ? Ou alors ils étaient allés dans sa chambre et l’odeur n’avait pas eu le temps de suivre jusqu’ici. Sauf que même celle de Jay ne semblait pas aussi chargé qu’elle l’avait été lors de notre moment à nous – si on pouvait le nommer ainsi.  

« Tu fais bien ce que tu veux, c’est pas comme si j’avais pas l’habitude »

Je m’avançais dans le salon, repérant mon ordinateur, mais c’est à peine si je m’y attardais. Je cherchais du regard autour de moi, un peu angoissée à l’idée de ne pas trouver la photo. Je ne savais pas comment elle avait fait pour tomber, puisque je ne la sortais jamais de mon portefeuille, mais je ne l’avais plus et le seul endroit où j’avais pu la perdre c’était ici. Et si jamais je ne la retrouvais pas… Non, je refusais d’y penser. C’était la seule photo que j’avais de moi et mon frère, et j’en avais besoin. Parce que mes souvenirs devenaient flous, et je commençais à oublier son visage, sa voix, son odeur. J’oubliais mon frère. J’avais besoin de cette photo pour ne pas qu’il disparaisse, tout comme les autres membres de ma famille. Sauf que mon portrait de famille était resté à Cleveland, et que je n’y étais jamais retournée. Alors jamais besoin de cette foutue photo.

« T’as pas trouvé une photo ? » Finis-je par lui demander malgré l’inquiétude qu’il aurait pu la trouver.

Je ne tenais pas à ce que Jay sache maintenant mon histoire familiale. Je ne lui en avais jamais parlé en attendant d’être prête, mais ce n’est pas avec ce qui venait de se passer entre nous que je serais capable de lui parler de tout cela. Je ne savais même pas si je souhaitais continuer être en contact avec lui. Ou si lui le voulait.

En glissant ma main sous la table basse, je finis par sentir et la saisis pour la sortir, l’observant. Je laissais échapper un soupir de soulagement en fermant les yeux. La photo était vieille, cornée, et légèrement pliée. Je l’avais protégé plus tard dans une protection plastique. C’était moi et mon frère, peu de temps avant sa mort. J’étais derrière lui, passant mes bras autour de son cou, la tête à côté de la sienne, et on souriait tous les deux. Je laissais de nouveau échapper un soupir en la regardant, mes yeux devenant soudainement triste. Comment est-ce que je pouvais oublier son visage ? C’était l’horreur pour moi.

Je finis par me lever, rangeant la précieuse photo dans mon portefeuille, planqué à son endroit habituel, puis je récupérais mon ordinateur. Un peu avant de sortir, et sans le regarder, je laissais échapper quelques confidences.

« Je ne sais toujours pas si tu étais sincère, mais tu n’es pas le seul problème. Ca fait longtemps que je suis incapable d’aimer quiconque »

Sans explication supplémentaire, je finis par sortir de son appartement, refermant la porte. Qu’il soit sincère ou non sur ses sentiments, qu’ils y croient réellement ou pas, il valait mieux qu’il ne continue pas dans cette lancée. Je ne lui apporterais rien de bon.



N.77
Revenir en haut Aller en bas


Incube staff

Jay Hywell
Voir le profil de l'utilisateur
http://darkest-hour.forumactif.com
Date d'inscription : 18/06/2018
Messages : 1517
Localisation : Sûrement dans le lit de quelqu'un...

[Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay]  [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 EmptyJeu 18 Oct - 12:22

Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent

Ellana & Jay
Me concentrant sur la tasse que j’étais entrain de me verser, j’évitais de la regarder. C’était peut-être ridicule, enfantin ou tout ce que vous voudrez, mais entre ce qui s’était passé entre nous, ce que j’avais dis, sa réaction et le fait qu’elle débarque pile dans un moment gênant et qui portait à confusion… je n’étais pas certain de réussir à soutenir son regard. En plus de ce qu’elle venait de dire, qui laissait clairement sous-entendre qu’elle s’attendait à se que je re-couche directement avec quelqu’un d’autre après elle. Enfin, je le pris comme ça, même si c’était peut-être autre chose… qu’importe. Allez contre sa nature ce n’était pas aussi évident qu’on pouvait le croire. Encore moins quand on avait une certaine conscience et encore plus quand cette conscience était celle d’un chasseur et d’un mec amoureux. C’était une sensation désagréable de ne rien pouvoir gérer et que, peu importe ce que je ferais ou dirais, je me planterais en beauté. Alors je ne disais rien, la laissant récupéré son ordinateur sans passer de commentaire. À quoi bon de toute façon. C’était pas comme si elle était revenue pour discuter. Deux jours ce n’était pas suffisant pour remettre nos pensées en ordre, autant ne pas précipiter les choses. Même si je me demandais si elle allait vouloir garder le contact après ça… Je fus pris d’une soudaine baisse de morale, me contentant de boire une gorgée de mon café, laissant le liquide chaud couler dans ma gorge.

Pourtant, je ne pu m’empêcher de tourner ma tête vers elle en la voyant chercher quelque chose, un léger froncement inquiet des sourcils venant plisser mon front.

« Je ne l’ai pas trouvé non. »

Mon regard balaya la pièce, tentant de voir si je ne trouvais pas la dite photographie, mais arrêtai mes recherches en la voyant la sortir, me demandant de quoi il pouvait bien s’agir pour créer une telle panique chez elle. J’étais curieux, mais je savais aussi que ce n’était pas le bon moment pour lui demander de quoi il s’agissait. Si c’était aussi précieux pour elle, ça devait avoir un lien avec sa famille et son passé. Déduction logique mais incertaine, puisque je ne connaissais rien de son passé, outre que sa mère était morte. Je me demandais souvent si ça avait été le cas du reste de sa famille, mais jamais je n’avais osé demandé. Et elle me le confirait encore moins maintenant… génial.

Je serrai un peu la tasse dans ma main à ses dernières paroles, peu avant qu’elle ne quitte les lieux, ne me rendant pas compte que j’étais entrain de me brûler les mains, retournant ce qu’elle venait de dire dans ma tête. J’avais du mal à la croire sur la dernière partie de sa phrase. Aimer dans le sens amour, ça je n’en avais aucune idée. Elle avait été affecté par la mort de Ian, mais pas comme elle l’aurait normalement dû, en plus de ce qu’elle m’avait dit après à ce moment-là. Mais aimer d’amitié, je l’en savais capable. À sa façon, elle prenait soin des autres. Et surtout, elle ne m’aurait pas chercher pendant six putain d’années si elle était incapable d’aimer. M’enfin… c’était pas aujourd’hui ou demain la veille que je pourrais lui faire changer d’idée. Je me disais parfois qu’il aurait mieux valut qu’elle ne croise jamais ma route. Elle n’aurait pas eu autant de déception et autant de hargne… elle ne serait peut-être pas aussi froide. Avec des si on ne pouvait malheureusement pas refaire le monde.

En sortant de mes pensées, je me rendis compte que mes mains me faisaient affreusement mal et je déposai brusquement la tasse sur le comptoir, grimaçant et secouant mes mains rougit par la chaleur. Quel idiot bon sang!
Code par Hesa #N.78 27478b

_________________
‟ There is not much difference between madness and devotion ”
Codé par Hesa


Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas


Incube staff

Jay Hywell
Voir le profil de l'utilisateur
http://darkest-hour.forumactif.com
Date d'inscription : 18/06/2018
Messages : 1517
Localisation : Sûrement dans le lit de quelqu'un...

[Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay]  [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 EmptyJeu 25 Oct - 17:14

- Sujet Terminé -

_________________
‟ There is not much difference between madness and devotion ”
Codé par Hesa


Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé

[Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay]  [Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay] - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Hot] Quand les barrières tombent, les secrets se dévoilent [Ft. Jay]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Quand la Diaspora Tousse, Haïti a la Fièvre
» Quand la solitude pèse [PV Paws]
» Quand les beaux-parents débarquent....
» Quand on cherche les ennuis, on les trouve ! (pv)
» Quand un homme a honte de lui, il est impitoyable pour les autres. [PV Take et Shy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R O S S C R E E K ஃ :: Sujets archivés-
Sauter vers: