SAMUEL
Profil
Fiche
Top Actif
AMANDA
Profil
Fiche
Top Active



Septembre 2018
+ 15°C
Ce forum est déconseillé aux 16 et moins. Nous ne serons pas tenus responsables de la sensibilité choquée des gens outrepassant ce règlement.
Le forum ROSS CREEK est la propriété de PARADISE (Désirée) et ODYSSÉE (Adonis) dans tout son ensemble. Le design vient entièrement de TWISTY.RAIN (Amelia). Veillez à respecter son travail ! La page titre vient de PSYCHOSE, les catégories viennent de GAELLE, le qeel vient d'HALLOWEEN, le menu latéral vient de SHOKI, la liste des membres vient de CCCRUSH, le profil vient de MAGMA. et la liste des sujets vient de ONYX. Le forum a été pensé et réalisé par les fondatrices et toute copie du forum sera considérée comme du plagiat. Merci de bien respecter notre travail et merci à ceux et celles qui ont contribué à sa mise en place.




 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Vous voulez discuter en tout temps avec les autres membres du forum ou le staff ?
C'est possible sur notre discord ! https://discord.gg/umgVqWm
Les mini-intrigues des groupes ont été créées pour vous permettre de vous battre !
LES INSCRIPTIONS AUX EVENTS VIENNENT D'OUVRIR. Venez vous inscrire .
Ross Creek vous a ouvert ses portes le 23 mars 2018. La petite ville vous attend.
Submergez-nous dans votre créativité !

Partagez | 
 

 The good old days

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Métamorphe

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/04/2018
Messages : 147

MessageSujet: The good old days  Mar 8 Mai - 8:24

The good old days

 
Scars are just another kind of memory.


 

 La musique pulse par les écouteurs glissés dans ses oreilles, quelque chose de rythmé et entraînant. Ses pieds frappent le sol, s'enfonçant légèrement dans le sable à chaque pas. Elle avance à bonnes foulées, ses pensées s'égarant au rythme de la mélodie ou au fil de l'horizon. A cette saison les touristes comme les locaux ont commencé à déserter la plage, c'est tant mieux parce que pour une fois Sohan n'a pas pu venir à l'aube. D'habitude elle aime profiter des couleurs mordorées du petit jour, glissant peu à peu vers des roses et des orangés jusqu'à ce que la lumière baigne Ross Creek et que le ciel retrouve son bleu habituel. En venant de bonne heure, elle a cet endroit quasiment pour elle seule. Sa garde ne s'étant terminée que tard dans la nuit à cause d'un accident de la route, la métamorphe a traîné au lit une bonne partie de la matinée pour récupérer son sommeil en retard. Elle est reconnaissante que l'arrière saison commence et que les gens trouvent l'air trop frais pour promener leur marmaille ou venir tremper les orteils. Seul un couple de petits vieux a croisé sa route jusqu'ici. Leur chien a couru à sa rencontre pour la saluer sous les protestations molles de ses propriétaires. La chirurgienne a souri et les a salué en continuant sa course. Cette image curieusement lui fait penser à sa situation et plus encore celle d'Owen. Il faut reconnaître que le chasseur n'est plus tout jeune et elle ne l'a pas souvent vu avec une femme. Dans le temps il avait l'excuse d'avoir sa fille à gérer. Mais Birdy a quitté le nid depuis des années déjà. Elle devrait peut-être le pousser à rencontrer quelqu'un. Il va grogner, comme d'habitude, seulement l'idée qu'il finisse seul la rend triste. Personne ne mérite cela, surtout pas lui.

Presque aussitôt, c'est à Tomas que son ex-compagne se met à penser. Cela lui fait toujours ce pincement au cœur, supportable et toutefois bien présent, comme un goût de loupé, d'inachevé. Les derniers temps la distance entre eux était flagrante et Sohan ne peut que s'en sentir responsable. Son chasseur de père lui a si longuement répété qu'elle devait se construire une vie normale et tenir tout le monde loin de son secret. Difficile de penser qu'il a tort sur ce point, néanmoins garder l'homme qu'on aime en dehors d'une si grande part de sa vie s'est avéré compliqué. Les premières années, avec les études, la vie séparée, la passion des débuts, les choses ont merveilleusement fonctionné. Puis il est devenu compliqué de trouver une raison pour éviter d'emménager sous le même toit, de partager une sorte de vie de couple. Tomas a été plusieurs fois échaudé par la réserve et les doutes de sa petite-amie concernant l'engagement. Ensuite il y eut ses disparitions mystérieuses en pleine nuit qui ne pouvaient pas toutes être mises sur le compte du travail. Le désamour a commencé, le doute grignotant peu à peu les certitudes, les sentiments, les compromis pour ne laisser que le vide et l'amertume. Ils se sont séparés sans cris, sans larmes. Lui semblait déjà prêt à passer à autre chose, elle était surtout blessée par l'échec et le douloureux constat qui en découlait. Avoir une vie normale, fonder une famille devenait d'un coup bien compliqué lorsqu'on ne l'était pas soi-même.

Au loin deux points plus sombres se détachent sur le jaune du sable. En approchant, la créature réalise qu'il s'agit d'un homme et d'une fillette. L'univers essaierait-il de lui faire passer un message ? Si au moins il pouvait me filer le décodeur du même coup... Est-ce vraiment un signe ou bien un sentiment sous-jacent qu'elle préfère ignorer habituellement ? Si on ôte Owen de l'équation, miss Vaughn est tristement seule elle aussi. C'est plutôt toi que tu devrais caser et non ton père. Je sors à peine d'une rupture, objecte-t-elle à cette voix intérieure agaçante. Et les amis, on en parle ? Oh la ferme moi ! Sans réfléchir, ses doigts viennent augmenter le volume de la musique. Il ne sera pas si facile de faire taire ses pensées. Sohan s'est plongée dans le travail depuis son arrivée ici. Elle a planté ses amis de la grande ville sans leur donner de nouvelles. Mais est-ce vraiment de ce genre d'existence dont elle a envie ? A quoi bon se punir ou garder tout le monde à distance ? Elle n'est même pas certaine de connaître ses propres motivations, ses raisons pour son comportement. Le regard azur distingue mieux le père et l'enfant à présent. Ils lui tournent le dos, marchant à une cadence bien moins soutenue que la sienne. Dans quelques instants elle les aura dépassé et peut-être qu'ainsi elle cessera de se torturer le cerveau. C'est justement pour évacuer ce genre de pensées, son passé, son histoire, ses questionnements que la jeune femme vient courir. Et après tout, sa vie n'est pas si terrible. Elle a de la chance d'avoir Owen.

Un sourire attendri se dessine sur ses traits en voyant les gestes affectueux de l'inconnu vers sa progéniture. Ils échangent quelques mots, la métamorphe se sent intruse en assistant à ce spectacle. Cette scène lui renvoie les souvenirs agréables de son enfance auprès de son papa adoptif, ce grand costaud bourru capable de tant de tendresse quand il est question d'elle. Un objet tombant sur le sol interrompt le fil de ses idées. Quelques foulées plus tard, le médecin se penche et ramasse le jouet oublié là. Elle décroche de sa main libre un des écouteurs et appelle.

«Monsieur ? Excusez-moi je crois que vous avez perdu quelque chose. »


D'un pas pressé, elle les rattrape rapidement pour attirer leur attention.

« Monsieur ! Je pense que votre fille va le chercher. Cette fois elle a réussi, ils se sont immobilisés et elle s'accroupit vers la petite en lui souriant doucement. Elle lui tend le jouet. Je crois que c'est à toi non ? »

 
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Phenix mdm

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/03/2018
Messages : 187

MessageSujet: Re: The good old days  Mer 9 Mai - 11:49



Sohan & Samuel



Samuel ne pouvait pas dire à quand remontait sa dernière grasse mat', sa fille avait tendance à le tirer de son sommeil avant son propre réveil et à débarquer dans la chambre pour secouer sa marmotte de père après un temps passé à jouer seule. Parfois, il arrivait à transformer cet impatience enfantine en longues minutes de câlins pendant lesquelles son cerveau replongeait par intermittence dans le sommeil. Si Samuel était d'un tempérament calme et posé, il ne bridait jamais sa fille qui avait grand besoin de s'exprimer, même si elle le fatiguait par moment.  Ce matin, cette technique avait été un échec cuisant, la petite ayant été réglée sur "survoltée" dès que l'aiguille du cadran s'était approchée des 8 heures. Il avait avalé un café, et un deuxième, indispensable pour ouvrir ses deux yeux, puis avait consulté les informations sur son téléphone pendant que Lexie aménageait le salon bien trop rangé à son goût. Lexie, ça te dit d'aller à la plage tout à l'heure ? Il fait super beau dehors. Sa proposition fut accueillie par un "ouiiii" enthousiaste, déchainant la tornade Lexie dans le salon, que Samuel observa avec amusement. Ce n'était pas toujours simple d'élever seul une petite fille, surtout quand sa moitié avait succombé à l'accouchement, mais il espérait vraiment être un père potable voir davantage pour leur enfant.

Ce fut ainsi qu'ils avaient rapidement pris la route, à bord de la Mustang, direction la playa. Lexie avait chanté dans une langue inconnue, impossible de reconnaître le vieux rock du CD qui tournait en boucle dans le poste, mais elle avait déjà d'excellents goûts musicaux, haha. La température était idéale pour passer un moment sur la plage, Samuel appréciait grandement les rayons du soleil qui chauffaient délicieusement sa peau. Un sac chargé du nécessaire sur l'épaule, la main de Lexie de l'autre côté - qui tenait à porter ses propres affaires - ils marchaient lentement dans le sable jusqu'à trouver un petit coin de paradis ombragé où s'installer. Le phénix n'entendit pas la voix féminine qui s'adressait à eux dans son dos, trop concentré à répondre à Lexie qui désirait savoir comment tout ce le sable était arrivé à la plage. Cette question existentielle.

Lorsqu'ils furent interpellés pour la deuxième fois, il entendit nettement le "monsieur !", se retournant vers une jeune femme qui tenait un jouet dans les mains. Monsieur ! Je pense que votre fille va le chercher. Après un manteau oublié, Lexie semait maintenant ses jouets, attirant l'attention d'une jeune femme qui vint à leur rencontre. À croire que sa fille essayait de mettre des femmes sur sa route, cette petite maline. Je crois que c'est à toi non ? Samuel observa la belle brune se pencher pour rendre le jouet semé en chemin à sa fille qui hocha vivement la tête. Oui, c'est à moi. Elle tendit la main pour récupérer sa poupée, un drame si cette dernière avait été perdue, heureusement que ce ne serait pas le cas. On dit quoi à la gentille dame qui vient de te la rapporter, Lexie ? Après un regard pour son père, la petite reporta son attention sur la sauveteuse de jouet. Merci.  Bonne réponse ! Il félicita d'ailleurs sa princesse avant de remercier à son tour la jeune femme. Je vous remercie d'avoir rapporté sa poupée préférée, vous avez sauvé notre journée à la plage. Samuel fronça légèrement les sourcils en découvrant ses traits qui lui semblaient curieusement familiers. Un souvenir ? Pas si lointain, en réalité. Il appartenait à cette vie, il en était certain.

- Excusez-moi, mais votre visage m'est familier. Nous n'étions pas ensemble à l'école, par hasard ? Vous ressemblez vraiment beaucoup à cette petite fille qui venait me filer un coup de main à la récré. Sohan, il me semble. Enfin, je me trompe peut-être... ça remonte à quelques années.

Il n'avait jamais oublié cette fillette qui l'avait beaucoup aidé quand il se faisait chahuter, mais elle était plus âgée que lui, et quelques années comptaient en primaire, surtout quand on passait au niveau supérieur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Métamorphe

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/04/2018
Messages : 147

MessageSujet: Re: The good old days  Ven 11 Mai - 7:59

The good old days

 
Scars are just another kind of memory.

 

La meilleure récompense pour sa bonne action est le sourire lumineux sur le visage de la petite. Sohan ne peut que s'attendrir devant ce minois, elle est vraiment mignonne. L'intermède entre le père et l'enfant lui permet de reprendre son souffle tandis qu'elle est toujours accroupie à hauteur de la fillette. La musique se déverse par l'écouteur toujours figé dans son oreille, de l'autre elle prête attention aux paroles échangées et notamment aux remerciements qu'on lui fait. La métamorphe sourit l'air de dire que ce n'était pas grands choses car c'est le cas. Cela ne lui a pas demandé gros effort de se pencher pour ramasser la poupée ni d'accélérer légèrement sa cadence pour la restituer à sa propriétaire légitime. Ses prunelles claires se relèvent vers l'homme.

« C'est tout naturel. Et puis je crois que cette pauvre poupée aurait été encore plus triste de perdre sa meilleure amie. Je ne sais pas soigner le chagrin de poupée malheureusement. -précise-t-elle en reportant toute son attention sur la fillette. Comment s'appelle-t-on amie ? Elle est toute aussi jolie que toi. »

La chirurgienne aime les enfants bien qu'elle n'en côtoie pas beaucoup. Elle n'a jamais eu de frères ni de sœurs, donc pas plus de neveux ou de nièces. Certaines de ses amies sont devenues mères, ce qui a d'ailleurs contribué à créer cette envie de maternité chez elle. Ce n'est pas prêt de se réaliser de son côté à présent qu'elle a rompu avec Tomas. La petite voix murmure que c'est sûrement mieux ainsi, pourtant son instinct et son cœur eux ne sont pas tout à fait d'accord. La voix masculine la tire de ses pensées, par chance. Sohan écarquille légèrement les yeux en l'entendant prononcer son prénom. Il l'a en effet reconnu ce qui est plutôt surprenant. On change assez entre la période de l'enfance et celle de l'âge adulte bien que pour certaines personnes les traits restent suffisamment reconnaissables. Serait-ce son cas ? Le souci est qu'elle a plus de mal à remettre le visage sur celui d'un petit garçon qu'elle aurait connu. La description qu'il vient de faire la met malgré tout sur la piste. Elle fouille sa mémoire. Au tout début de l'adolescence c'était une demoiselle plutôt heureuse et sereine. Ce qui lui a permis de conserver bon nombre de souvenirs positifs. Et soudain, cette époque pourtant lointaine lui revient un peu plus nettement. Elle se relève, scrutant toujours le visage de son interlocuteur comme pour s'assurer qu'elle ne fera pas d'erreur. Seule, la jeune femme ne l'aurait jamais reconnu c'est certain.

« Tu es le petit Sam c'est bien ça ? Enfin petit... La remarque lui arrache un sourire. Non là tu as bien grandi, comme moi d'ailleurs. Ça alors, si je m'attendais. Cette rencontre nous renvoie presque 20 années en arrière non ? Alors qu'est-ce que tu deviens ? Wahou... Si ceux qui te chahutaient à l'époque te voyaient à présent, cela leur clouerait sûrement le bec. »

La créature peine à se remettre de sa surprise. Ses grands yeux pétillants couvent ce personnage tout droit sorti de ses souvenirs qui d'un coup de baguette magique a pris deux dizaines d'années en plus. Elle a du mal à le réaliser, et surtout il lui semblait beaucoup plus jeune qu'elle dans ses souvenirs alors qu'aujourd'hui elle jurerait que leurs âges sont approchants.

« Alors c'est ta fille ? Elle est vraiment belle et adorable. Je connais aussi sa maman ou elle n'est pas de Ross Creek ?
Sohan se penche légèrement vers Lexie. Tu vois, ton papa et moi nous sommes allés à la même école il y a longtemps. Tu imagines ton papa en petit garçon ? Il était déjà très gentil. »

 
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Phenix mdm

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/03/2018
Messages : 187

MessageSujet: Re: The good old days  Ven 11 Mai - 17:42



Sohan & Samuel




Un sourire chaleureux étira les lèvres de Samuel à la réponse de jeune femme. Sa fille aurait très malheureuse de constater la disparition de sa "meilleure amie", la brune visait juste. Certains passants auraient tout simplement ignorés cette triste séparation, sans prendre la peine de rattraper la petite famille pour remettre la poupée à sa propriétaire. Alors, ouais, Samuel était reconnaissant. Comment s'appelle-t-on amie ? Elle est toute aussi jolie que toi. Le père observa sa progéniture adresser un large sourire à la demoiselle qui s'intéressait à elle. Elle ne devait pas avoir conscience qu'elle allait ainsi devenir la nouvelle copine de Lexie. Sa fille adorait faire la conversation, surtout à la gent féminine, certainement à cause du manque laissé par l'absence d'une mère. Elle s'appelle Nina, ma poupée. Tu veux jouer avec nous ? C'est quoi la musique dedans ? demanda-t-elle en voyant un écouteur pendre devant son nez. Elle avait à peine terminer sa question qu'elle saisissait déjà le câble pour le mettre à son oreille. Normal.

Le petit Sam, cette désignation faisait renaître le souvenir du petit gringalet que le phénix avait été dans son enfance. Certes, il n'avait pas une carrure imposant, mais il trouvait que son apparence lui permettait de passer plutôt inaperçu, ce qui était primordial avec sa nature. Il était de nature discrète, bien que très sociable, mais il préférait se fondre dans la masse et ne pas trop attirer les regards. C'est bien moi ! Ouais, ça nous rajeunit pas, hein ? On s'est perdus de vue quand tu es entrée au collège, il me semble. Je travaille au journal de la ville, comme informaticien, et toi ? Ça me fait vraiment plaisir de te voir, après toutes ces années. Il esquissa un sourire amusé quand elle fit allusion à sa condition physique actuelle. Samuel devait admettre que la brunette était devenue une belle femme ! Ce n'était que des gamins, c'est terminé cette époque. Il a fallut que je fasse sans mon bel ange gardien, en plus. Enfin, ça s'était quand même assez mal terminé, quand on y songeait, mais le résultat avait été à la hauteur des flammes générées par son pouvoir.

Le jeune père afficha un air doux quand elle mentionna sa fille. Ouais, elle était vraiment mignonne, sa petite Lexie. Oh, il ne faut pas se fier aux apparences, Lexie une véritable tornade ! C'est ma fille, oui, elle vient d'avoir quatre ans. Un voile tomba quelques instants sur son regard à la seconde question de son ancienne camarade de récré. Sa maman est montée au ciel, quelques heures après sa naissance, expliqua-t-il brièvement, dans des termes que la petite pouvait interpréter en douceur, d'autant qu'elle avait tendance à tout écouter. Je ne pense pas que tu la connaissais, mais elle est le portrait craché de ma femme et une petite charmeuse qui sait obtenir ce qu'elle veut. La petite écouta ensuite les paroles de la jeune femme, faisant une petite moue en essayant d'imaginer son père à l'école. Mon papa, c'est le PLUS gentil ! répliqua-t-elle avant de se coller aux jambes de son paternel qui ébouriffa les cheveux de Lexie déjà emmêlés par la brise. Ah, bordel, il ne fallait pas que ça grandisse... Mais, tout comme Sohan et lui, sa princesse deviendrait une jeune fille, puis une ado et une femme.

- Tu avais quitté la ville, non ? Ça fait longtemps que tu es à nouveau à Ross Creek ? Tu avais besoin d'un retour aux sources ? On va peut-être s'installer, avant que Lexie ne perde patience, je peux t'inviter à te joindre à nous ? Enfin, je ne voudrais pas te couper dans te séance de sport, tu es peut-être attendue...

Elle devait certainement avoir une famille, elle aussi, ou un compagnon qui se languissait de son retour. Peut-être. Peut-être pas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Métamorphe

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/04/2018
Messages : 147

MessageSujet: Re: The good old days  Sam 12 Mai - 6:37

The good old days

 
Scars are just another kind of memory.

 

La métamorphe agit instinctivement avec l'enfant sans se soucier d'avoir l'air ridicule en personnifiant une poupée. Dans ses souvenirs, l'imaginaire est ce que les petits ont de plus précieux. On s'en détache peu à peu en passant à l'âge adulte. Elle est tout de même restée rêveuse pour sa part. Et comme Lexie semble apprécier qu'on lui porte de l'attention, Sohan continue à jouer le jeu. D'ailleurs elle ne s'offusque pas non plus que la petite main vienne chiper son oreillette libre. Il n'est pas certain que la jeune auditrice apprécie le programme musical de la femme-oiseau. En la matière, elle a des goûts très éclectiques qui ne sont sans doute pas partagés par la majorité. Elle aime notamment des groupes étrangers, peut-être une façon détournée de voyager par la musique. Miss Vaughn n'a jamais pris le temps de s'expatrier hors des États-Unis pour parcourir le monde. D'ailleurs elle ignore même avoir des origines canadiennes, encore un secret gardé par Owen.

« Alors ça te plaît ? Le groupe s'appelle Sigur Ros, il est islandais. Il faudra demander à ton papa de te montrer sur une carte où est l'Islande, c'est loin loin loin d'ici. Là bas il y a beaucoup de neige. Qu'est ce que tu aimes toi comme chansons ? En tous cas Nina est un bien chouette prénom. Est-ce qu'elle aime les balades sur la plage ? Je suis sûre qu'elle est championne pour faire des châteaux de sable. Je l'ai bien vu tout à l'heure s'y intéresser, je pense que c'est comme ça qu'elle t'a perdu de vue. Elle prévoyait déjà le grand château que vous allez construire ensemble. »

Le médecin essaie de jongler entre l'attention demandée par l'enfant et la discussion avec son père. Cela lui fait plaisir de retrouver Samuel après tout ce temps, d'avoir de ses nouvelles. Il fallait bien s'attendre à ce que son retour ici occasionne ce genre de rencontres. Et pour le coup, celle-ci est tout à fait agréable. Elle l'écoute lui parler de ce qu'il devient et évoquer son habitude passée de veiller sur le garçon qui était plus jeune qu'elle. Sohan a toujours eu en horreur cette attitude qu'ont les enfants, les poussant à s'acharner contre un élève plus petit, plus pauvre ou aux habits moins à la mode. C'est une sorte d'instinct chez elle, de s'opposer à l'exclusion. Et elle avait réellement pris le petit Sam en affection, ce n'était pas juste pour aider quelqu'un qui en avait besoin. C'est d'autant plus appréciable alors de le retrouver aujourd'hui sur sa route.

« Eh bien dis donc ! Cela doit être intéressant ça comme métier. Tu es là où il faut pour avoir les nouvelles avant les autres. Je suis plutôt fâchée avec l'informatique. Je sais me servir de mon ordinateur, sauf quand il refuse de fonctionner, là je suis vite dépassée. -réplique-t-elle dans un sourire. Moi je suis devenue médecin, je bosse aux urgences de l’hôpital ici. Et cela me fait très plaisir également, c'est une bonne surprise. »

La jeune femme continue de l'interroger sur sa vie et notamment sur la petite. Son sourire s’éclipse à la seconde où elle réalise sa maladresse. Bien entendu, il lui était impossible de deviner l'épisode tragique de leur histoire. Les femmes trouvant la mort en couche sont de moins en moins nombreuses. Et par déformation professionnelle, la chirurgienne manque de demander dans quelles circonstances cela s'est passé. Elle se retient de le faire, ne souhaitant ni remuer un souvenir douloureux, ni parler de détails pénibles devant la petite. Elle a bien saisi devant la tournure employée par le père de famille qu'il cherchait à préserver la fillette. Alors Sohan adopte à son tour un ton léger de nouveau et s'efforce de sourire.

« Quatre ans ! Son regard glisse vers la demoiselle qui détient toujours en otage l'oreillette. Dis-moi tu es une grande alors. Tu es en quelle classe ? Et tu as tout à fait raison de me corriger : ton papa est LE PLUS gentil. »

Les prunelles émeraudes remontent plonger dans les yeux de Samuel qui la questionne à son tour. La brune ne tient pas à déballer les raisons de son retour. Enfin puisqu'il s'est montré honnête, il semble légitime de lui rendre la politesse. Il ne reste qu'à trouver comment formuler cela sans dire : je suis une métamorphe. T'inquiète, je ne perds pas de poils par contre j'ai des plumes. Mais je peux voler et ça c'est la grande classe ! Du coup j'ai dû me séparer de mon fiancé qui n'aurait pas compris, c'était un humain comme toi. Bref, rien que du très banal quoi... Sûrement que Lexie aurait trouvé cela amusant et trépidant de voir une femme-oiseau. Le père de famille aurait sans doute été plus réfractaire face à cet aveu inopiné.

« Je suis partie faire mes études de médecine et l’hôpital où j'ai fait mon internat m'a embauché. Je ne suis de retour que depuis deux mois à peine. Je me suis séparée de mon fiancé, alors j'ai eu besoin de changer d'air. Retour aux sources oui, comme tu dis. Au lancement de l'invitation, Miss Vaughn fait mine d'hésiter. Son attention se porte sur l'enfant. Hé bien, il faudrait que je sois sûre que Lexie et Nina veulent bien que je vous accompagne. Et puis tu n'as pas peur d'être débordé avec trois filles ? »

La petite semblant déjà l'avoir à moitié adopté, la question n'est qu'une formalité. Sohan lui offre sa main et en profite pour lui trouver un morceau de musique qui lui plaise, ses playslists sont nombreuses. Elle fait défiler les morceaux jusqu'à ce que la concernée lui dise stop. Elle laisse l'informaticien choisir le bon emplacement où s'installer.

« Et alors, quel est votre programme de plage ? Vous venez souvent ici ? Cet endroit n'a pas changé non plus. Tu es resté vivre à Ross Creek ou bien tu as pris comme moi ton envol quelques temps ? »


 
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Phenix mdm

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/03/2018
Messages : 187

MessageSujet: Re: The good old days  Dim 13 Mai - 14:11



Sohan & Samuel




La petite tenait l'écouteur fermement contre son oreille pour entendre la musique ; elle se concentrait au point que les premières paroles de la sportive ne parvinrent pas à Lexie. Elle leva son regard vers celui de Sohan puis haussa les épaules, trouvant ce morceau extrêmement bruyant, mais elle conserva l'oreillette pour continuer à écouter. J'aime la musique dans la voiture de papa, je connais tout. Nina, c'est zoulie, et elle aime bien la plage. Comme moi. Parfois, je sais pas où elle va, Nina, je suis obligée de la chercher partout. Tu nous aides à faire le château avec nous ? Ça fait beaucoup de boom boom ta musique. Ce n'était pas toujours facile de suivre Lexie, qui sautait d'idée en idée, son attention étant toujours attirée par un élément distrayait sa conversation. Heureusement, son interlocutrice parvenait à démêler ces paroles ainsi qu'à échanger avec le père sans problème. Son métier était intéressant, en effet, surtout ce qui gravitait autour de l'informaticien.

Ouais, je suis au courant de tous les potins du moment !  SamPeople, encore mieux qu'un magasine, se marra le phénix. En général, menacer son ordinateur de le remplacer par un p'tit nouveau peut s'avérer suffisant, mais s'il est toujours récalcitrant, n'hésite pas à me l'amener. Médecin. Wah ! Tu as un sacré métier, ça ne doit pas être facile tous les jours, surtout avec vos horaires. J'ai toujours été admiratif de ceux qui exercent de telles professions...

Il fallait suivre de longues études dont les examens étaient très difficiles. Sohan était vraiment une tête ! Une certaine part altruiste était également nécessaire pour se donner entièrement à ce travail qui relevait davantage de la vocation. Elle ne devait pas voir de belles choses tous les jours, il fallait avoir le coeur bien accroché, clairement. En tout cas, elle optait pour le comportement adéquate face aux paroles de Samuel qui venait de répondre à sa question. Il appréciait qu'elle ne remue pas le couteau dans la plaie, même si celle-ci n'était plus béante. Samuel préférait se remémorer le doux sourire de sa femme plutôt que la vie qui s'était échappée lentement alors que les pleures de leur fille résonnaient dans la chambre. Oui, je suis une grande ! Je suis en maternelle. Vivian fait la lecture. J'aime bien Vivian, mais la lecture est ennuyante un peu, je préfère aller en récréation ou peindre avec les doigts. Samuel esquissa un sourire en écoutant sa fille qui continua à blablater avec sa nouvelle copine.

La jeune femme s'était séparée de son fiancé, Samuel pouvait comprendre son besoin de "retour aux sources". Il adressa un petit sourire contrit en apprenant cette séparation, mais il eut la délicatesse de ne pas l'interroger davantage. Ils ne se connaissaient pas assez pour échanger sur le sujet, encore moins si elle désirait tourner la page. Il fut ravi qu'elle accepte son invitation, ricanant à sa remarque qui comprenait Nina dans l'équation. Oh, vous serez tellement occupées à papoter ensemble que vous allez complètement oublier ma présence, taquina gentiment le phénix en usant des clichés.

Sohan pensait bien, la fillette avait déjà adopté la jeune femme. Trop sociable cette gamine, beaucoup trop ! Accompagné de trois jolies femmes, Samuel choisit l'emplacement idéal pendant que Lexie sélectionnait le prochain morceau. Pas ça. Hm. Pas ça non plus. Ça ! On peut changer encore ? Pas farouche, la petite essaya de chiper l'appareil pour zaper elle-même. Samuel déballa tout le nécessaire pour cette journée tout en continuant de parler. Il étala une grande serviette où les deux adultes pourraient s'asseoir, puis profita de l'attention captivée par la musique pour crémer Lexie qui adorait ça, évidemment. Elle râla un peu, disant à son père que le soleil se cachait - absolument pas - mais il préférait se montrer prudent.

Le programme est simple : décharger l'énergie de la petite pile électrique réglée sur survoltée ! plaisanta Samuel, très sérieux malgré tout. On vient assez régulièrement, Lexie a besoin de bouger, et l'appartement dans lequel nous vivons n'a pas de jardin. J'essaie de la sortir au maximum. Alors, aujourd'hui, on profite du beau temps à la playa. Ce dernier mot déclencha le mode "danse" chez Lexie qui chanta "vamooos a la playa oooh wooh" en se dandinant. Samuel récupéra in-extremis les écouteurs qui menaçaient de tomber dans le sable. Bordel ! Je suis toujours resté dans cette ville, auprès de mes attaches et amis, mes études le permettant.

En sécurité, auprès des personnes qui pouvaient le protéger, où il possédait des repaires. Il était un phénix, le seul d'après le père Holmes, un être convoité pour les qualités de son sang. Il n'était pas trouillard, mais il savait se montrer raisonnable, et certains de ses souvenirs qui revenaient dans ses rêves confortaient cette sagesse de rester en lieu sûr.

- La ville n'a pas vraiment changé, en réalité, même si c'est davantage mouvementé depuis quelques temps. Tu comptes rester dans les parages quelques temps ou tu projettes de repartir dans la grande ville ? Tu as des enfants ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Métamorphe

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/04/2018
Messages : 147

MessageSujet: Re: The good old days  Mar 15 Mai - 12:26

The good old days

 
Scars are just another kind of memory.

 

Le moment est plaisant, détendu. La jeune femme apprécie d'échanger avec la fillette pleine de vie et son père qu'elle a connu autrefois. Même si parler de connaître est assurément un bien grand mot.  Ne dit-on pas qu'il n'est jamais trop tard ? Puisque la vie leur offre une nouvelle chance de se découvrir, Sohan compte bien la saisir. Qui plus est, la situation de ce papa célibataire la renvoie à sa propre histoire et cette Lexie aurait le don d'apprivoiser n'importe quel oiseau sauvage. La métamorphe ne l'est pas tant que cela, sauvage. Au contraire même, elle a toujours aimé être entourée même si cela se voit moins ces derniers temps. Quand elle était plus jeune, elle rêvait même de vivre au sein d'une famille nombreuse. L'appartement au-dessus du leur était occupé par une grande fratrie et elle enviait leur complicité jusqu'à leurs chamailleries. Ce que la jeune demoiselle Vaughn jalousait plus que tout était bien sûr la figure maternelle dont elle avait été privée depuis toujours. Owen s'était montré un père attentif et surprotecteur, mais il était nul pour faire les tresses et assortir les vêtements. Et à l'adolescence, cela avait été plus catastrophique encore. Il avait fallu que la toute jeune fille se débrouille seule avec les sujets épineux qui mettent les paternels dans l'embarras. A ce souvenir, le regard émeraude passe de l'enfant à l'homme qui lui tient la main.

« Je ne me souviens plus Sam, tu as une sœur ? En fait, plus précisément ma question est de savoir si Lexie a une tata. Je ne sais pas si tu étais au courant, mais comme elle j'ai été élevée par mon père. »

Le terme adoptif a plus ou moins été rayé de son vocabulaire. A part ce sentiment de trahison qu'elle a éprouvé le jour où la femme-oiseau a appris la vérité, le fait qu'Owen n'ait pas le même sang n'a jamais été qu'un détail. Alors quand elle le présente, elle se contente de dire qu'il est son père. Dans son cœur comme à ses yeux, c'est ce qu'il est. Il lui reste toujours des questions bien sûr au sujet de ses véritables parents. Parfois la chirurgienne a songé à faire des recherches. L'idée de blesser celui qui s'est occupé d'elle toutes ses années l'en a dissuadé.

« Pardon, je ne voulais pas me montrer maladroite ou indiscrète. En vérité, j'ai été très heureuse ainsi. Tu n'as pas à t'inquiéter, cela a été plus difficile à l'adolescence. C'est de toute façon une période compliquée pour tout le monde alors... Puis tu as le temps de voir venir. »

Elle lui adresse un sourire rassurant, consciente qu'elle se mêle de ce qui ne la regarde pas. Sohan a toujours eu un franc-parler, une grande sincérité qui déplaisent parfois à ceux qu'elle croise. Les mensonges, l'hypocrisie ce n'est pas du tout son fort. Néanmoins il lui faudrait sûrement apprendre à fermer sa grande bouche de temps en temps. Qui plus est, il lui est difficile de ne pas se sentir concernée par les autres à plus forte raison ceux à qui elle s'est attachée. Redevenant plus légère, la jeune femme discute avec la fillette.

« Ah oui la peinture ça c'est une chouette activité. J'espère que ton papa a accroché plein de dessins de toi sur ses murs ! D'ailleurs je songeais à repeindre mon salon, je devrais peut-être t'embaucher. Cela manque de couleurs chez moi.
-lâche-t-elle avec un sourire malicieux. Mais qu'est ce que tu n'aimes pas dans la lecture ?  Cela ne te plaît pas de découvrir plein de jolies histoires ? Moi j'aimais beaucoup celles qui parlaient de dragons ou de princesses. Et Nina, qu'est-ce qu'elle aime à part la plage ?  »

Le médecin a déduit à tort que Vivian est le nom de l'institutrice de Lexie. Et tandis que son programme personnel vient de changer radicalement, la métamorphe est plutôt sereine. Il n'y a de toute façon personne pour l'attendre et sa prochaine garde n'a pas lieu avant ce soir. C'est agréable de pouvoir passer un moment en compagnie de gens qui ne soient pas Owen, des patients ou des collègues. Cela la change de ces dernières semaines, même si l'enfant est une auditrice exigeante. La propriétaire des playlists ne désespère pas de finir par la contenter.

« C'est quoi la musique que tu écoutes dans la voiture de ton père ? Cela pourrait m'aider... Ses yeux se relèvent vers le concerné, une lueur espiègle illuminant son regard au moment de répondre à sa remarque. Oh ne crois pas t'en tirer à si bon compte. Nous autres créatures féminines sommes certes bavardes lorsque nous sommes entre nous mais je compte bien t'interroger aussi. Il me tarde de savoir si tu aimes peindre avec tes doigts, la lecture et tout plein d'autres points essentiels. »

Elle lui adresse un clin d’œil amusé en continuant d'avancer sur le sable avec le duo. Régulièrement la chipie réclame un morceau convenant mieux à ses oreilles enfantines, essayant au passage de récupérer l'appareil mp3. Sohan finit par le lui céder de bonne grâce adressant un regard apaisant au papa déjà inquiet à l'idée de la casse. Le matériel se remplace facilement, et ses playlists sont sauvegardées sur son portable ainsi que son ordinateur. En plus ce bon vieux mp3 a fait son temps, il a écumé les parcs avec elle au rythme de ses foulées. La jeune femme ne se fâchera pas s'il finit ensablé. Elle assiste à la lutte pour la protection de la peau fragile opposant Samuel à sa progéniture, attendrie une nouvelle fois d'assister à ce moment.  La sensation d'être un peu de trop lui revient, elle la chasse rapidement puisqu'ils l'ont invité. C'est qu'ils le souhaitaient non ? Le père de famille la relance sur son séjour à Ross Creek, la tirant de sa contemplation et de ses pensées.

« J'ai lu les nouvelles oui, je suppose que tu es plus au courant que moi avec ton boulot. Cela ne doit pas être très rassurant quand on a un enfant. J'espère que ce problème sera vite réglé. Elle évite d'utiliser des mots trop brutaux ou lourds devant Lexie, elle a bien remarqué que la demoiselle avait les oreilles qui traînent. Je n'ai pas prévu de repartir non, après personne ne sait de quoi demain sera fait. J'aime cet endroit, je ne l'ai quitté que par la force des choses et je pense que ce n'est sûrement pas anodin si j'y suis retournée. Le sourire s'efface momentanément de ses lèvres quand il l'interroge sur ses potentiels enfants. Je n'ai pas encore eu cette chance non. Peut-être un jour si je trouve la bonne personne. Comme tu l'as dit avec mes horaires ce n'est pas forcément évident de faire des rencontres. Puis comme je n'ai pas de famille, je me porte plus facilement volontaire pour les horaires de nuit. Alors c'est un peu le serpent qui se mord la queue. Et toi, tu as quelqu'un ? Réalisant que sa question peut laisser sous-entendre une forme d'intérêt de sa part, elle sourit avec malice. Non pas que je te drague hein ! »


 
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Phenix mdm

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/03/2018
Messages : 187

MessageSujet: Re: The good old days  Mer 16 Mai - 10:42



Sohan & Samuel


La question de Sohan était assez surprenante, comme si elle se revoyait dans la situation de Lexie, élevée uniquement par un père. Son complément indiqua à Samuel que cette pensée n'était pas infondée, bien au contraire, car la jeune femme n'avait pas bénéficié d'une attention maternelle. Le phénix n'était pas susceptible, même si les paroles de Sohan pouvaient être interpréter d'une mauvaise manière, même si ce n'était pas toujours évidant de recevoir des commentaires sur l'éducation de sa fille.

Non, je suis fils unique, mais une amie d'enfance joue les tatas avec Lexie depuis qu'elle est bébé. Elles passent beaucoup de temps ensemble, cette présence féminine lui fait du bien, même si j'essaie de compenser. Je ne savais pas que tu avais été élevé uniquement pas un père, j'étais trop jeune pour me rendre compte de ce genre de choses, mais je vois que ça ne t'a pas empêché de devenir une belle femme au travail respectable.

Samuel avait été adopté à la naissance par un couple aimant qui avait donné beaucoup de tendresse et d'affection au petit garçon. Il faudrait que le phénix rende visite à ces derniers, par ailleurs, ou organise une sortie en famille avec Lexie. Le phénix était très famille, ça avait toujours été, et il dédiait du temps à la sienne ; les Holmes entrant dans sa notion de "famille". En tout cas, les mots de son ancienne camarades de récréation confortaient Samuel dans l'idée qu'il parviendrait à élever sa fille, même s'il redoutait la période de l'adolescence pour diverses raisons.

Ne t'inquiète pas, tu poses de bonnes questions, mine de rien. Heureusement, nous avons internet pour répondre à toutes nos interrogations et en toute discrétion ! J'espère pouvoir l'accompagner dans cette période difficile, surtout que les filles rencontrent d'autres problèmes dont j'ai une expérience purement masculine. Si une certaine gêne s'installe entre nous, je l'encouragerais à discuter de ses tracas avec sa tante. Qui aura les miens en stéréo ! ricana le jeune père. Je suis un vrai papa poule et ça s'arrange pas, au contraire. J'ai le temps, ouais, mais il passe plus vite quand on a des enfants. Je t'assure ! Hier encore, elle disait "papa" pour la première fois et, aujourd'hui, elle s'habille toute seule...

Il n'avait aucun problème à aborder ces sujets avec la jeune femme, il se sentait à l'aise avec Sohan, comme un écho du passer. C'était assez agréable. Il espérait juste qu'il n'allait pas la saouler à parler de sa princesse, haha. Il lui rendit son sourire, évidemment, avant d'observer les deux - voir trois - filles échanger. Samuel ricana, on trouvait effectivement des dessins chez eux, mais surtout à son bureau, où il avait affiché les œuvres de sa fille pour colorer son espace de travail. Par contre, il serait bien passé de la bonne idée de peindre sur les murs ! Il avait exempté de ce genre de bêtises, son appartement était déjà suffisamment sans dessus dessous, et il se passerait bien d'une fresque dans le salon. Certes, il essayait de ne pas brider l'imagination de Lexie, mais il avait quelques limites ! La petite fut très enthousiaste à l'idée de peindre avec ses doigts, bien sûr, ce qui provoqua un petit cri d'excitation chez la gamine. Owi ! On mettra toutes les couleurs de l'arc-en-ciel ! De la couleur, en veux-tu en voilà ! pensa Samuel en se marrant. Je préfère discuter avec mes copines pendant la lecture. Nina, elle aime tout comme moi, et elle veut manger de la pizza. Il était encore trop tôt pour de la pizza, mais le père prenait note des envies de la fameuse meilleure amie de plastique. Par contre, Lexie sécha à la question posée sur la musique qui passait dans la vieille mustang de Samuel. Stray Cat, il faudrait que je pense à changer de disque, ricana le père.

Les nouvelles n'étaient pas rassurantes, en effet, mais il savait qu'Amanda veillait sur sa fille, même si elle ne pouvait pas tout contrôler. C'était sécurisant, malgré tout. Samuel trouvait l'attraction qu'exerçait RossCreek sur ceux qu'elle avait vu naître et grandir assez impressionnante. Tôt ou tard, on finissait toujours par revenir. Il espérait que les années tranquilles reviendraient, mais l'avenir restait incertain pour le moment. Enfin, Samuel ne doutait pas que des personnes travaillaient dans l'ombre pour apaiser les tensions et les problèmes, ce dont il évitait de se mêler. Le sujet devint ensuite plus léger et le jeune père n'eut aucun mal à rentrer dans le jeu de Sohan.

Ah ! Bon... dommage, plaisanta Samuel quand elle précisa qu'elle ne le draguait pas. C'est la première fois que je me fais frienzoner aussi rapidement, haha ! Je suis célibataire, c'est compliqué de refaire sa vie avec quelqu'un après de telles circonstances, mais le temps commence à faire son oeuvre.

Parfois, il se demandait si ce n'était pas un prix à payer pour engendrer un descendant de son espèce si spéciale et rare. Il se serait avisé si la mort de la mère avait été indispensable, même s'il aimait plus que tout sa princesse. Ça se trouve, il avait eut d'autres enfants dans ses vies antérieures...

Tu trouveras forcément un compagnon, y'a pas un beau docteur Mamour à l’hôpital ? ricana-t-il, légèrement taquin. On peut sortir ensemble, en tout bien tout honneur, hein, pour faire des rencontres. On sera obligé de décrocher, toi ta blouse de médecin, et moi mon tablier de papa. T'en penses quoi ? Tu aimes les bars à musique ? Par contre, je te préviens, je suis un piètre danseur ! Je suis plus doué avec un instrument dans les mains.

Stray Cats:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Métamorphe

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/04/2018
Messages : 147

MessageSujet: Re: The good old days  Jeu 17 Mai - 11:17

The good old days

 
Scars are just another kind of memory.

 

Sohan est rassurée de voir que ses propos un peu trop francs ne semblent pas avoir gêné ou froissé le jeune veuf.  Il lui adresse d'ailleurs un compliment qui étonnamment lui fait monter le rouge aux joues. Elle tourne discrètement la tête vers le côté opposé, faisant mine de regarder vers la ville au loin le temps que cela passe. C'est fâcheux de ressembler à une collégienne timide quand on a passé le cap des 30ans. Il faut dire que cela fait un moment qu'elle n'a pas été libre en recevant une marque d'attention ou d'intérêt. A l'image des aigles, la demoiselle est du genre très fidèle et auparavant étant en couple avec Tomas elle évitait de relever les tentatives de séduction. Il est même arrivé bien souvent qu'elle prenne la drague pour de la gentillesse ou politesse, naïve jusqu'au bout. Dans la situation présente, son ancienne camarade ne pense pas une seconde que Samuel ait eu une intention dissimulée derrière ces propos. Sûrement que les mots qu'il a employé n'expriment rien de plus qu'une constatation banale sur le fait qu'elle s'en est bien sortie même sans un modèle féminin. Cela n'en reste pas moins flatteur de s'entendre qualifier de belle femme surtout dans une période de doutes où l'on se remet de sa dernière rupture. Par chance l'homme repart vite sur le sujet initial : la difficulté d'élever seul une petite fille quand on est père.

« Je crois que tu as bien saisi ce à quoi je faisais allusion oui. -en lui souriant. Si tu es entouré c'est bien, de notre côté il n'y avait qu'Owen et moi. Il n'a jamais été très famille, il ne parlait pratiquement pas de la sienne. Je veux dire, à ses yeux sa famille se limitait à moi. Après j'ai eu sûrement autant d'amour si ce n'est plus avec juste un père que ce que peuvent offrir certains couples de parents. Encore aujourd'hui on est très proches et je sais que je peux compter sur lui. Sauf sûrement pour des conseils vestimentaires. De toute façon, il suffit de la regarder pour voir que cette charmante Lexie est très bien dans sa peau. C'est la meilleure des preuves que tu gères tout ça très bien. »

La métamorphe s'assure que la fillette au centre de la conversation ne soit pas laissée de côté en parlant aussi avec elle. Visiblement, elle a quelques points communs aussi bien avec l'enfant qu'avec l'adulte. C'est quelque chose que Sohan a toujours aimé chez les petits : leur innocence et leur franchise, leur spontanéité. Dommage que la majorité des gens les perdent une fois devenus grands. Elle s'accroche encore un peu aux siens de son côté même si elle est loin d'égaler la fraîcheur de celle qui lui tient la main.

« Quelle coïncidence, je parlais beaucoup aussi quand j'avais ton âge. Par malchance d'ailleurs, je n'ai toujours pas cessé. Et j'adore la pizza. Laquelle est ta préférée ? J'espère que Nina ne mangera pas tout et t'en laissera suffisamment. Les lèvres de la chirurgienne s'étirent en une moue au nom de la chanson. Hmm non je ne crois pas avoir ça dans mes morceaux, désolée jolie princesse. Je rectifierai cette erreur dès que je rentrerai chez moi ! J'espère bien que ton papa et toi me ferez l'honneur de me la chanter en duo, j'ai très envie de vous entendre.»

Son sourire espiègle remplace bien vite la moue alors qu'elle couve du regard Samuel pour voir si sa demande le met dans l'embarras. On apprécie rarement de donner de la voix en public. Si la femme oiseau adore chanter, elle ne le fait que lorsqu'elle est seule sous sa douche ou en voiture par exemple. La situation s'inverse bien vite tandis que répondant à sa taquinerie l'informaticien dit trouver dommage que sa question ne soit pas une tentative de séduction. Miss Vaughn s'empourpre de nouveau et assise face à lui il sera bien plus difficile de le dissimuler cette fois. Elle reprend contenance du mieux qu'elle peut et rebondit sur la partie plus sérieuse des propos du veuf.

« Je ne peux qu'imaginer oui, tu as dû être bien occupé à prendre soin de ta fille. Il faut croire que plus ils sont petits et plus ils prennent de la place dans une vie. Avec elle au moins tu ne dois pas manquer d'amour. »

Un sourire tendre s'égare sur les lèvres féminines quand son regard glisse sur le duo installé avec elle dans ce coin de plage. Il disparaît presque aussitôt quand l'homme la chambre au sujet de ses collègues de travail. Elle lève les yeux au ciel et secoue la tête de gauche à droite.

« Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre... Je ne travaille pas dans une série hospitalière tu sais ? Il y a plus de vieux médecins que de docteurs mamours. Ou alors ils fuient tous sur mon passage et se cachent super bien. De toute façon je pense que j'éviterais les relations sur mon lieu de travail. Si ça se passe mal, c'est vite un calvaire ensuite de devoir bosser ensemble. Son regard revient chercher celui de Samuel à sa proposition et à son tour elle le taquine. Tu sais, j'ai sûrement oublié comment on fait pour séduire quelqu'un mais je crois me souvenir que s'afficher avec un homme attirant ou une belle femme ne favorise pas les premiers pas. Je veux dire, nos inconnus respectifs penseront sûrement qu'on est déjà en main en nous voyant ensemble. Non ? Quoi qu'il en soit, j'adorerais sortir avec toi. En tout bien tout honneur, comme tu dis. -appuyant cette précision d'un sourire. Qui friendzone l'autre à présent ? J'aime beaucoup la musique avec ou sans les bars et danser aussi. Je t'accompagnerais si tu acceptes de faire un effort en dansant un peu au moins. Sinon autant aller dans un endroit où on s'entendra en se parlant. Et tu joues de quel instrument ? Cela me tenterait bien d'apprendre, je n'ai jamais trouvé le temps jusqu'ici. »

Revenant à la fillette qu'il faut bien occuper aussi et avec qui elle s'est engagée à faire un château de sable, Sohan lui suggère d'aller chercher de l'eau à l'aide du seau. Dans ses souvenirs lointains, il semblait que le sable tenait mieux la forme recherchée une fois humidifié. Elle la suit du regard songeant à quel point il est facile de s'attacher à un petit bout pareil. Est-ce qu'un jour elle connaîtra le bonheur d'être mère à son tour ? Et est-ce qu'elle saurait remplir son rôle sans en avoir eu une ? Le genre de questions qui reviennent beaucoup depuis que son histoire avec Tomas est sur le déclin, plus encore à présent qu'elle est terminée. Enfin inutile pour l'heure de se torturer avec ces doutes. Autant profiter de ce moment. Il ne reste plus qu'à souhaiter que la métamorphe sache aligner les tours et les remparts correctement.

« J'espère que ta fille n'est pas aussi exigeante avec les forts éphémères qu'avec la musique. Sinon elle ne voudra bientôt plus jouer avec moi. J'essaie de me faire de nouveaux amis et hormis toi, Nina et Lexie sont les personnes les plus sympathiques que j'ai croisé dernièrement. Je ne sais pas pourquoi, mes patients ne me proposent jamais d'aller boire un verre. La peur de la blouse blanche ? »

La jeune femme plaisante évidemment. La déontologie n'est pas très encline à laisser les docteurs sympathiser avec leurs malades. En plus les admis aux urgences ne sont souvent que de passage avant d'être transférés vers d'autres services une fois les premiers soins prodigués.


 
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Phenix mdm

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/03/2018
Messages : 187

MessageSujet: Re: The good old days  Ven 18 Mai - 8:13



Sohan & Samuel


Le rouge colora joliment les joues de la jeune femme dont la manœuvre pour dissimuler son trouble n'échappa pas au phénix qui n'avait pas mesuré la potentielle timidité de Sohan. Il pouvait se montrer spontané et charmeur, son compliment était un subtile mélange de ces deux traits de sa personnalité, un constat évident de l'évolution de la petite fille qu'il avait connu sur les bancs de l'école. Elle s'était éveillée au monde dans une famille au schéma similaire à celui qu'avait Lexie, mais contrairement à Owen, le jeune père était très famille. Cette dernière, que ce soit ses parents ou les Holmes, était toujours présente pour eux et Samuel n'hésitait pas à abuser de ce lien qu'il entretenait avec cœur. Il sourit quand elle évoqua le bien-être de Lexie, qui ne tarderait pas à les solliciter.

- Je fais de mon mieux. J'ai la chance de bénéficier du soutien d'une grande famille, alors j'en profite honteusement, et Lexie aussi. C'est bien que vous soyez toujours aussi proches, j'espère que ce sera pareil pour nous, je ferai en sorte qu'elle puisse toujours se tourner vers moi, en tout cas.

Pour le moment, Lexie était dépendante de son père, mais viendrait le jour où l'oiseau quitterait le nid. Il écouta ensuite la conversation entre les deux filles, la plus jeune répondant que sa préférée était la pizza avec PLEIN de fromages avant que la petite imite la moue de l'adulte en apprenant que le baladeur était dépourvue de cette chanson. Tant pis, elle chanterait au retour, dans la voiture. Ou, peut-être avant, puisque Sohan proposa un duo improvisé entre père et fille pour lui faire découvrir le morceau. Il n'avait rien contre chantonner, même si des marshmallows seraient nécessaires pour s'approcher des paroles dites par Lexie, haha. La demande ne mit absolument pas le phénix dans l'embarras, au contraire, l'idée l'amusait beaucoup. Il attrapa le sceau pour marquer un rythme puis commença à chanter quelques paroles, lentement, accompagné de sa fille qui fut davantage intéressée par taper sur le sceau au bout de quelques secondes. Armée de sa petite pelle, elle frappa le plastique, Samuel retirant ses mains, puis se marrant alors qu'un large sourire amusé étirait les lèvres de sa princesse.

Sohan ne se trompait pas, un enfant exigeait beaucoup de temps, mais il se noyait sous l'amour donné par sa fille, et inversement. Samuel était démonstratif, ça avait toujours été, et il appréciait les moments câlins avec sa princesse qui n'était pas en reste. Il remarqua alors que les joues de la jeune femme s'étaient à nouveau teintées suite à sa taquinerie. Elle avait pourtant tendu la perche, comme on disait. C'était mignon d'observer cette réaction, tout de même, qui ne laissait pas le jeune père indifférent. En tout cas, il ne pût s'empêcher de rire quand elle réagit à son idée de trouver un docteur mamour. Peu importait les boîtes, il existait toujours des histoires à raconter à la machine à café, même au bureau du journal. Bordel, il devenait comme ses collègues, une vraie commère...

- Je te taquine, mais il doit forcément exister des histoires du genre, non ? C'est une bonne raison pour éviter, je te l'accorde, il faut pouvoir supporter de travailler avec son partenaire. Il adressa un sourire un tantinet enjôleur quand elle le qualifia d'homme "attirant" avant de répondre. Je te taquine, mais il doit forcément exister des histoires du genre, non ? C'est une bonne raison pour éviter, je te l'accorde, il faut pouvoir supporter de travailler avec son partenaire. Tu as raison, ce n'est peut-être pas le meilleur moyen de rencontrer quelqu'un, faut-il encore que tu le veuilles, tu viens juste de changer d'air, dit-il avec délicatesse pour ne pas dire rompre. J'accepte de t'emmener danser, mais ne t'attends pas à ce que je te suive dans une salsa rythmée ! Je joue de deux instruments, j'ai commencé par le piano, puis la batterie, et enfin la guitare, qui s'est réveillée plus efficace pour conclure, plaisanta-t-il, même si c'était véridique. Tu devrais prendre le temps, la musique est un bon échappatoire, mais elle semble déjà d'accompagner au quotidien.

Elle avait de nombreux morceaux sur son appareil, que Lexis avait abandonné au moment de cogner sur le sceau, puis elle était passée à autre chose jusqu'à ce que Sohan sollicite son attention. La petite hocha vivement la tête avant de courir jusqu'à l'eau, sous le regard de son père qui gardait un œil sur sa progéniture.

- Oh, elle t'a déjà adoptée, j'en ai bien peur ! Tu viens tout juste de revenir et si tu bosses tout le temps, ça ne doit pas être évident de sociabiliser.  Tu croiseras certaines d'autres têtes familières en ville. Peut-être que tu les intimides, ces petits patients, avec ton beau sourire. Allez, tu me diras quand tu auras une soirée de repos, je ferai garder Lexie et on ira se faire des potes. Bon, en réalité, je suis assez discret. Un bon verre a tendance à corriger ça, ricana Samuel.

Quand Lexie revint avec son sceau rempli d'eau, il se leva pour porter assistance à la petite qui tirait la langue en se concentrant pour éviter d'en renverser. Samuel s'installa directement dans le sable, prêt à suivre les recommandations de Lexis pour bâtir ce grand château de sable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Métamorphe

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/04/2018
Messages : 147

MessageSujet: Re: The good old days  Sam 19 Mai - 12:45

The good old days

 
Scars are just another kind of memory.

 

L'idée de rencontrer quelqu'un, de lui faire une place dans sa vie effleure tout juste l'esprit de la métamorphe. Il faut dire que la situation ayant causé l'échec de sa relation avec Tomas n'a pas changé. Elle est la même femme, toujours piégée par son secret. Bien évidemment, Sohan a appris de ses erreurs. Le dilemme n'en reste pas moins compliqué : partager ce qu'elle est nécessite d'avoir une confiance totale envers la personne auprès d'elle. Et souvent quand on atteint ce point dans une relation il peut sembler trop tard pour avouer quelque chose d'aussi lourd. L'attachement est là, on redoute que l'autre nous rejette ou nous en veuille de s'être tue tout ce temps. Ce n'est pas son genre de mentir, de trahir, encore moins de jouer avec les sentiments d'un autre. En somme, elle ne trouve aucune solution convenable qui ne la mette pas en danger. A moins qu'elle ne soit simplement condamnée à une vie solitaire, à l'image de son père. Cette pensée est douloureuse.

« Si, bien entendu que cela se produit. Je n'ai pas encore remarqué beaucoup d'exemples ici. Mais dans le précédent hôpital où j'ai travaillé, il existait bien quelques liaisons plus ou moins secrètes. Ce n'est pas tant l'idée de croiser la personne avec qui je suis en couple toute la journée qui me dérange. C'est plus la crainte que cela devienne compliqué si les choses ne se passent pas bien. Tout le monde ne sait pas mettre de côté son amertume ou son chagrin pour bosser dans de bonnes conditions. Je ne l'ai pas vécu personnellement, j'en ai été spectatrice. Quand un des médecins se prend le bec avec l'infirmière dont il vient de se séparer, c'est vite tendu dans les couloirs. Et toute l'équipe finit par en pâtir. Son regard se voile momentanément, se faisant fuyant en entendant les propos de Samuel. Je t'avoue que je ne cherche pas à tous prix à me relancer dans une histoire. Je suppose que ça se fera tout seul si un jour je croise quelqu'un avec qui je me sente bien. Ce n'est pas si facile de trouver la bonne personne, celle auprès de qui on a envie d'être soi. »

La jeune femme n'est pas la plus grande des romantiques à attendre le prince charmant. Par chance Owen ne l'a pas bercé de contes de fée afin de ne lui promettre que des déceptions une fois devenue grande. Malgré tout cela reste quelque chose que la majorité des gens ont en eux, ce besoin d'être aimée, de fonder un foyer. Sohan a au moins l'avantage d'avoir un métier qui lui plaît auquel elle peut se consacrer à défaut d'une vie personnelle épanouie. La discussion devient un peu plus légère, ce qui n'est pas pour lui déplaire. La brune n'aimant pas broyer du noir, encore moins en bonne compagnie. Un sourire plus joyeux revient illuminer son visage en entendant son camarade énoncer la palette d'instruments dont il sait jouer.

« Tu es sérieux ? Cela marche encore ce truc du joueur de guitare sur la plage ? Je ne pensais pas qu'à nos âges les femmes se laissent si facilement avoir. A moins que tu cherches à séduire les plus jeunes ? -esquissant un sourire plus espiègle. Bon, même si je reconnais que ça ne manque pas d'attrait un musicien. Comme tu l'as compris j'aime énormément la musique oui. Peut-être que je finirai par me lancer. Je prendrais une femme pour professeur histoire de ne pas tomber dans ses griffes. -ajoute-t-elle amusée. Méfie toi quand même, si je te trouve d'autres qualités, je pourrais me sentir obligée de faire fuir la concurrence pendant nos sorties. »

La métamorphe profite que Lexie se soit éloignée pour couper la musique qui continue à se diffuser par les oreillettes délaissées sur la couverture. Elle enroule le fil autour de ses doigts avant de ranger l'appareil dans sa poche tout en continuant à faire la conversation à Samuel.

« Je note pour le verre. Il en faut combien pour que tu commences à avouer tes secrets les plus sombres ? Je demande seulement pour m'assurer que tu n'atteignes jamais ta limite évidemment ! -précise-t-elle un large sourire aux lèvres en levant les mains d'un air innocent. Plus sérieusement, je suis vraiment contente de renouer le contact avec toi. »

Puisque Samuel a l'air entouré contrairement à elle, nul doute que cela soit plus bénéfique à la jeune femme qu'à lui. Et puisque la fillette est de retour, sa nouvelle amie commence à lui proposer un plan pour la construction, lui demandant au passage si elle préfère un château classique comme ceux que l'on trouve en Europe ou bien quelque chose de plus créatif. Dans un cas comme dans l'autre, elle essaie de suivre son souhait et de participer.

« On pourrait ramasser quelques coquillages une fois qu'il sera terminé, histoire de le décorer. Qu'est-ce que vous en pensez toi et Nina ? Est-ce que vous en avez déjà visité un vrai ? -Sohan relève le nez pour observer le second adulte et voir s'il s'amuse. Vous êtes déjà allé au Scandinavian Heritage ? C'est un parc de la région dont on m'a dit beaucoup de bien. Si vous ne connaissez pas non plus, ça me plairait bien de vous y inviter un week-end. Je ne sais pas s'ils ont de la pizza au fromage par contre... »


 
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Phenix mdm

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 28/03/2018
Messages : 187

MessageSujet: Re: The good old days  Sam 19 Mai - 17:41



Sohan & Samuel



Samuel comprenait les craintes fondés de la brune concernant une éventuelle aventure se terminant par un drame qui amuserait les langues de vipères de l’hôpital. Il remarqua ensuite son regard qui évitait soigneusement le sien après ses paroles. Il ne désirait pas mettre mal à l’aise la jeune femme, qui émit des réticences à se relancer dans une histoire. Sa rupture était encore fraîche et, même si sa situation était différente, il comprenait que du temps serait nécessaire pour se remettre de cette blessure avant de se jeter à nouveau à l’eau. Je suis convaincu que le meilleur moyen de trouver est de ne pas chercher, répondit simplement Samuel. Il ne souffrait pas de sa condition de célibataire, même si la présence d'une femme à ses côtés manquait, mais il voulait s'assurer de la solidité d'une relation avant de la présentée à Lexie. C'était primordiale à ses yeux.

Bah quoi ? Ça fait un bail que je n'ai pas joué sur la plage, mais on peut essayer et tu me dis l'effet que la guitare te fait ! ricana le phenix en répondant au sourire mutin de la belle brune. Une prof, petite joueuse ! Je te pensais plus aventureuse…taquina-t-il à son tour avant de reprendre : mais, je t’encourage à te lancer. Quel instrument voudrais-tu apprendre ? Un sourire charmeur s’imprima ensuite sur les lèvres du jeune père quand elle évoqua la possibilité d’apprécier d’autres qualités chez lui. Il allait se « méfier », ouais, on n’était jamais trop prudent, haha.

En tout cas, il ne dissimula pas son ravissement quand elle accepta son invitation, mais ils risquaient de faire choux blancs au niveau des rencontres. Le programme commençait à s’allonger, après une danse, il faudrait s’hydrater et Sohan s’imaginait déjà délier davantage encore sa langue. Il faut envisager une bouteille pour connaître mes secrets les plus inavouables ! Et, une grande confiance. Samuel possédait un unique secret, pas vraiment sombre, mais une nature hors du commun et unique. Sa fille avait hérité de ses gênes, le père ne désirait pas la mettre en danger, surtout à cause d’une irresponsabilité. Il pouvait se permettre ces choses avec des amis comme Amanda et Tiberius, qui connaissaient les origines du phénix, le vampire ayant partagé plusieurs existences avec Samuel. Certes, la brune qui les accompagnait pour ce moment ne dégageait pas de mauvaises ondes, l’instinct du père ne hurlait pas dans son esprit comme une alarme, mais les apparences pouvaient être trompeuses. Il n’espérait pas, dans ce cas, car il approuva les paroles de Sohan. Ça me fait plaisir de te retrouver également, après toutes ces années.

C’était toujours agréable de renouer avec des visages familiers, surtout quand ils avaient marqués le passé de manière positive, à l’instar de Sohan. Et, ces retrouvailles confortaient Samuel dans l’idée qu’elle était une femme bien, ayant conserver son bon fond. La construction du château fut amorcée sous les directives de Lexie, qui s’amusait beaucoup avec les deux adultes, dont son père qui aimait cette activité ludique, même s’il ne possédait pas le talent d’un architecte. Néanmoins, c’était un bon moment, pendant lequel il taquinait Sohan dès que l’occasion se présentait. Elle posa ensuite quelques questions à Lexie, qui secoua la tête, ignorant si elle avait déjà visité un château avec son papa.

Owi, Nina trouve aussi que c’est une bonne idée. Il manque une couronne à Nina pour aller avec le château. Papa, on a déjà visité un vrai ?demanda-t-elle ensuite à Samuel. Non, pas encore. Il fut ensuite assez surpris par la proposition de Sohan. On parlait d’une invitation à un week-end pour visiter un parc et son château. Il ne s’y attendait pas, c’était davantage une sortie « familiale », ou peut-être réfléchissait-il beaucoup trop. Cette spontanéité séduisait Samuel, il fallait l’admettre, le courant passait bien avec Sohan et il n’avait pas envie de montrer une quelconque hésitation. Il l’avait taquiné sur son côté aventureuse ? C’était à son tour de vivre « dangereusement ». Pourquoi pas ! Je ne connais pas du tout ce parc, ce serait sympa de le visiter ensemble, il faudra que l’on s’organise ça, pendant les vacances scolaires. C’est vraiment gentil de proposer, merci. Oh, on l’aura mangé cette pizza, d’ici-là, s’amusa Samuel. Si tu veux te joindre à nous,… enfin, tu travailles peut-être aujourd’hui ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Métamorphe

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 29/04/2018
Messages : 147

MessageSujet: Re: The good old days  Dim 20 Mai - 7:20

The good old days

 
Scars are just another kind of memory.

 

Cette phrase est un classique parmi les choses que l'on dit aux personnes espérant l'âme sœur : il ne faut pas chercher pour trouver. L'avis de Sohan est surtout qu'il n'existe pas de règles ou de méthodes applicables à tout un chacun. Et pour le moment, elle ne compte pas se mettre en quête de qui que ce soit ou dans une position d'attente. Elle a des choses à régler avant d'être prête à ouvrir son cœur sereinement. Même si bien souvent ce dernier ne lui demande pas son avis quand il s'agit de s'attacher. La jeune femme décide de ne pas relever, autant pour elle que pour lui. Puisqu'ils sont deux célibataires, disserter sur le manque d'amour ou comment le trouver n'est certainement pas la chose la plus pertinente surtout devant une enfant. Il reste tant d'autres sujets plus plaisants à aborder, comme la musique. Les deux adultes se taquinent et se cherchent de façon plutôt innocente. A ses yeux cela ne porte pas à conséquences, elle ne voit pas cela comme de réelles tentatives de séduction, plutôt comme un jeu entre deux camarades qui sont sur la même longueur d'ondes et s'entendent bien. C'est donc sur le même ton léger qu'elle répond à l'informaticien.

« Ait un peu pitié de moi, j'ai le cœur encore fragile vois-tu ? Je ne suis pas certaine qu'il tiendra bon face à ton charme quand tu joues quelques accords de guitare dans ce décor. Même si par chance, on n'est pas en plein coucher de soleil. Là ce serait le combo irrésistible je pense ! Ses yeux brillent de malice tandis qu'elle lui adresse un sourire. Oh je ne sais pas si je suis une grande aventurière, je suis sans doute trop sage par certains côtés. Et je sais qu'il faut se méfier des musiciens, ils aiment s'entourer de groupies, butiner les jolies fleurs qui s'épanouissent aux sons de leurs mélodies. Reprenant quelque peu son sérieux, elle répond à sa question sur les instruments qui pourraient la tenter. Figure-toi que quand j'étais ado, je rêvais d'apprendre la flûte traversière. J'étais tombée amoureuse d'un morceau tiré d'un film que j'avais entendu jouer avec cet instrument, du Enio Morricone. Gabriel's Oboe tu connais ? Je dois l'avoir dans une de mes playlists sinon... Aujourd'hui je pense que je me tournerais plutôt vers le piano ou peut-être le violon. Le premier est sûrement plus abordable en terme d'apprentissage. »

Le fil de la conversation se déroule et à mesure le sable dessine peu à peu une forteresse tout droit sortie de l'imaginaire de Lexie. Les deux adultes suivent de leur mieux ses souhaits et directives. Quand la proposition de sortie vient tout naturellement dans la bouche de la métamorphe. Pas une seconde elle ne pense que ce serait déplacé. Elle se sent bien et sa dernière visite culturelle remonte à un bout de temps. Quoi de mieux pour découvrir un lieu enchanteur que de le voir au travers des yeux d'un enfant ? Ce serait sûrement plus amusant que seule et puisque la petite aime les châteaux, l'idée semble bonne. Sohan ne perçoit pas la réserve du père de famille, sinon elle aurait culpabilisé ou eu l'impression de s'imposer.

« C'est vrai que si Nina veut être une princesse ou une reine digne de ce nom, il lui faut un diadème ! Je sais faire les couronnes de fleurs, je pourrais t'apprendre. Mais nous allons avoir besoin de pâquerettes. Est-ce que tu sais faire les tresses ? »

N'ayant pas de grandes connaissances en matière d'enfants, le docteur a du mal à se rendre compte de ce qu'une fillette de cet âge est censée connaître ou non. Les nattes sont une des choses il lui semble qu'on apprend assez rapidement. Au final c'est tout à fait simple. Si Lexie ignore comment faire, le lui enseigner ne devrait pas prendre beaucoup de temps. Par contre trouver de petites fleurs en cette saison et proche de la plage ce sera sûrement plus compliqué. Sinon il reste la possibilité de détourner les objets à portée de main. La femme-oiseau se souvient qu'elle le faisait souvent quand elle jouait, utiliser des choses à elle ou à Owen pour ses poupées. Même si son père n'appréciait pas toujours la nouvelle vie donnée à ses vêtements, notamment la fois où enfant elle avait donné des coups de ciseaux à une de ses chemises préférées pour y confectionner une robe. Elle détache alors le bracelet qu'elle porte au poignet droit, il est couleur argent et serti d'une pierre d'améthyste.

« Regarde, je pourrais lui prêter cela. Qu'en penses-tu ? Elle pose le bijou sur le front de la fameuse Nina comme pour avoir un aperçu du rendu de cette couronne improvisée. Puis revenant à Samuel, elle ajoute concernant sa proposition de sortie : Je ne sais pas si c'est gentil, c'est sûrement un peu égoïste. Lexie et Nina sont bien plus calées que moi en château, elles pourront m'apprendre plein de choses. Mais toi tu ne seras sans doute pas à la fête de devoir encore nous supporter toutes les trois l'espace d'une journée. Avec un peu de chance tu sympathiseras avec une jolie princesse et tu t'échapperas en nous laissant à notre visite. Elle lui adresse un clin d’œil. Tu as décidé de me prendre par les sentiments aujourd'hui... La pizza avec plein de fromages est aussi une de mes préférées. Sauf que cela en fera moins pour Nina et Lexie. Et puis vous voulez peut-être profiter d'un moment père-fille-poupée ? Je ne voudrais pas être de trop. »

Miss Vaughn se relève finalement, regardant un moment vers la mer en frottant ses mains l'une contre l'autre pour en ôter autant de sable que possible. Elle secoue ses vêtements également, les grains sournois s’immisçant partout surtout lorsque l'on a pour voisine une petite chipie qui fait des grands mouvements de pelle et de seau. Elle retire ensuite ses baskets et ses chaussettes, les abandonnant près de la couverture.

«Je vais aller chasser les coquillages, vous en êtes ? Celui qui en trouve le plus gagne le droit de donner un gage aux deux autres ! »

Un nouveau sourire illumine son visage juste avant qu'elle ne se mette à courir en bordure de mer pour trouver les précieuses coques laissées là par les vagues.


 
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The good old days  

Revenir en haut Aller en bas
 
The good old days
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
R O S S C R E E K ஃ ::  :: The South :: La plage-
Sauter vers: